Le jeu clownesque au coeur d'une rencontre interculturelle

Gingras, Annie (2015). « Le jeu clownesque au coeur d'une rencontre interculturelle » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en communication.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Tout a commencé avec un regard introspectif sur l'épreuve du seuil : cet endroit où l'un et l'Autre se rencontrent à mi-chemin du dedans et du dehors pour vivre ensemble en harmonie par-delà la différence. Ainsi, dans une perspective pratique, nous nous intéressons au phénomène de l'interculturalité au cœur de la province du Québec. Alors, dans un premier temps, nous profitons de la théorie de l'interculturalisme de Bouchard, afin de réfléchir sur le concept d'interculturel. Cependant, dans un deuxième temps, nous nous penchons sur la littérature de ce concept et constatons certaines nuances quant à sa pratique. Par conséquent, de la théorie à la pratique, comment se vit l'interculturel? Ainsi, c'est à partir du concept d'hospitalité de Chaouite (2007) que nous nous aventurons sur le terrain de la formation clownesque. Effectivement, ce terrain de recherche est un idéal collectif auquel nous aspirons dans nos sociétés contemporaines. Or, en révisant les dessous du modèle de l'interculturalisme québécois et son objectif d'échange interculturel équilibrant la diversité autour d'une volonté de convergence culturelle, où est la rencontre? Comme l'avance Verbunt (2011), auteur de l'ouvrage, Penser et vivre l'interculturel, ce ne sont pas les cultures qui se rencontrent, mais bien des êtres humains. Or, comment peut-on envisager le vivre ensemble si la rencontre entre des individus n'est pas prise en compte? Par conséquent, à partir du mythe qu'est : le peuple québécois est un peuple ouvert et accueillant, nous nous sommes penchés sur l'expérience même de l'ouverture à l'Autre. De ce fait, l'objectif de ce travail consiste à éclairer certaines nuances entre l'interculturalisme et l'interculturel. Pour ce faire, nous avons observé la pratique du jeu clownesque afin d'étudier autrement le concept d'interculturel. En ce sens, cet autrement consiste en la mise en relation à partir de soi (Chaouite, 2007). Alors, nous réfléchissons sur la prise de conscience de soi à l'aide du concept de jeu créatif décrit par Winnicott (1975). L'état de jeu, qu'est l'état d'ouverture, est une posture cornmunicationnelle, ou une disposition à la communication, à partir de laquelle la création de l'espace potentiel est possible. Or, ce lieu invisible, pour Chaouite (2007), est un rendez-vous pour vivre la rencontre afin de « voir ensemble », dans le moment présent, un devenir social commun. Enfin, à l'aide de l'ouvrage de Barsalou (2012), Silence et rencontre, la disposition de l'Autre, nous établissons des liens entre le concept de silence et la posture du clown, de façon à rendre plus accessible la pratique de l'interculturel au quotidien, pour finalement, comme le titre de l'ouvrage de Chaouite (2007), penser l'interculturel comme un art de vivre. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Art clownesque, Hospitalité, Interculturel, Jeu créatif.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Hsab, Gaby
Mots-clés ou Sujets: Art clownesque / Interculturalisme -- Québec (Province) / Communication interculturelle -- Québec (Province) / Relations culturelles / Hospitalité / Altérité
Unité d'appartenance: Faculté de communication
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 22 oct. 2015 16:57
Dernière modification: 27 oct. 2016 13:56
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7413

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...