Comportement des éléments dans le xylème de l'érable à sucre selon un gradient d'acidité du sol

Bilodeau-Gauthier, Simon (2007). « Comportement des éléments dans le xylème de l'érable à sucre selon un gradient d'acidité du sol » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en biologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (14MB)

Résumé

L'acidification des sols forestiers fut identifiée comme une des causes possibles du dépérissement des érablières dans le Sud du Québec et le Nord-Est des États-Unis. La dendrochimie – l'analyse des concentrations des éléments dans les anneaux de croissance des arbres – offre la possibilité de retracer l'historique des conditions environnementales du passé, sur la prémisse que les concentrations retrouvées dans un anneau donné sont représentatives des conditions environnementales de cette même année. Toutefois, la fiabilité de cette méthode est remise en question par la mobilité des éléments au sein de la partie conductrice du tronc (l'aubier). L'objectif de cette étude était de caractériser le comportement des éléments dans le bois de l'érable à sucre, afin d'évaluer leur mobilité et leur potentiel pour l'étude des conditions environnementales. Sept bassins versants du Sud du Québec ont été sélectionnés pour représenter un gradient de conditions d'acidité du sol. Les échantillons de bois de 21 érables à sucre ont été soumis à des extractions chimiques séquentielles basées sur la gradation du pouvoir d'extraction (eau déionisée, HCl 0,05 M, HNO3 ultrapure), qui ont permis de discriminer trois fractions (soluble, échangeable, résiduelle) sous lesquelles se retrouvent les éléments étudiés (Al, Ca, Cd, K, Mg, Mn). Les arbres croissant en sols moins acides démontraient des concentrations d'aluminium à près de 90% sous forme résiduelle (immobile), alors que sur les sols plus acides les fractions mobiles (soluble et échangeable) atteignaient 40% de la concentration totale. L'aluminium s'est donc révélé être beaucoup plus mobile que l'avaient rapporté les études antérieures. Aucune relation ne put être fortement établie entre la fraction résiduelle de l'aluminium et les conditions d'acidité du sol, ce qui pose un doute quant à son utilité pour la surveillance à long terme des conditions environnementales. Les cations basiques (calcium, potassium, magnésium), nutriments majeurs pour les arbres et prétendument lessivés par l'acidification des sols forestiers, sont apparus peu influencés par les variations d'acidité des sites. Toutefois, d'autres éléments étudiés se sont avérés intéressants, nommément le cadmium et le manganèse. Les fractions mobiles de ces éléments pourraient être appelées à servir de traceurs environnementaux pour une comparaison spatiale entre sites. Leurs fractions résiduelles étant aussi sensibles à l'acidité, elles permettraient d'évaluer l'évolution temporelle des conditions des sols, une avenue qui mériterait néanmoins d'être approfondie. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : acidification, aluminium, dendrochimie, érable à sucre, sols forestiers

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Houle, Daniel
Mots-clés ou Sujets: Xylème, Érable à sucre, Acidité du sol, Dendrochimie, Sol forestier
Unité d'appartenance: Faculté des sciences > Département des sciences biologiques
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 03 nov. 2015 22:07
Dernière modification: 03 nov. 2015 22:07
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7464

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...