La nuit de Soledad ; suivi de, La représentation du désir du fou à travers son langage

Caisso, Florence (2007). « La nuit de Soledad ; suivi de, La représentation du désir du fou à travers son langage » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (14MB)

Résumé

Nous sommes dans un hôpital, en l'an deux mille. Psychopathologie du désir troublé, la sexophonite aiguë contamine par la parole. Soledad, à l'origine de cette démence, tente de se dégager de son mal, provoqué par une peine de cœur. Comédie en six tableaux, un interlude et un épilogue, La nuit de Soledad fait évoluer dix personnages. C'est aussi une variation francophone sur le thème de la folie. Située sur deux plans opposés, l'un onirique et interne, l'autre matériel et externe, la pièce joue constamment sur leurs frontières en impliquant un comique basé sur le langage et les dialectes francophones. L'objectif premier, dans cette pièce de théâtre, est de montrer l'humour et la poésie avec lesquels l'intime se joue parfois de l'extime. L'objectif second est de représenter le désir du fou à travers son langage, en privilégiant le registre comique. Le troisième objectif est de démonter le mécanisme de babélisation par l'utilisation des dialectes francophones par la bouche des personnages, pour donner à chacun un idiolecte différent. Tout l'intérêt de cette pièce est de montrer comment chacun des personnages s'isole à cause de son désir. D'où le titre (soledad signifie solitude en espagnol). Cette pièce aborde les enjeux esthétiques et critiques propres à la représentation du désir du fou à travers son langage. Mon écriture tente de relier chaque personnage à son désir à tel point qu'il s'en rend malade. Mais comment représenter un fou qui s'exprime? Cette question, située dans les perspectives politique, didactique, polémique et cathartique que propose mon écriture, fait l'objet de mon dossier d'accompagnement. Ce mémoire représente, à mes yeux, l'amorce d'une exploration de la dramaturgie, de l'humour burlesque et du langagement francophone, en observant la folie comme un garde-fou. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Pièce de théâtre, comédie, folie, francophonie, représentation, langagement, personnage.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Robert, Lucie
Mots-clés ou Sujets: Comédie, Dramaturgie, Maladie mentale, Malade mental, Thème littéraire, Théâtre (Littérature), Création littéraire
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 13 nov. 2015 18:48
Dernière modification: 13 nov. 2015 18:48
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7467

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...