Améliorer la qualité des interactions sociales dans le métro de Montréal : chercher le sens pour éviter les contresens

Boucher, Maxime (2015). « Améliorer la qualité des interactions sociales dans le métro de Montréal : chercher le sens pour éviter les contresens » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en sociologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (28MB)

Résumé

Il faut reconnaître d'emblée que le voyage dans le métro est éminemment social. Les occasions de rencontre avec autrui y sont fréquentes et enjoignent les voyageurs à des séquences d'actions bien précises. Prendre le métro à Montréal n'est pas une tâche complexe, surtout pour les habitués. Elle repose toutefois sur des savoir-faire normalisés et des compétences sociales qui s'appuient sur un bagage défini à travers les expériences de transport qui impliquent certaines formes de coordination entre les voyageurs, des mouvements chorégraphiés et une aisance pour la réussite, sans encombre, de mouvements ordonnés de la foule. À l'instar des travaux réalisés dans les métros européens et étasuniens, nous montrons comment l'aménagement des voitures de métro et des quais a des incidences sur la qualité des interactions sociales entre les usagers, en prescrivant les voyageurs et en soumettant leurs actions à des restrictions précises. La qualité des interactions sociales n'a pas fait l'objet d'un questionnement sérieux qui profiterait à l'amélioration de l'expérience de transport des voyageurs dans le métro de Montréal. Si l'intérêt d'une telle recherche trouve son bien-fondé dans sa capacité à soutenir les efforts de la Société de transport de Montréal (STM) dans le développement et la modernisation de son réseau, elle témoigne aussi clairement de la pertinence d'une approche sociale des voyages dans le métro inspirée de la sociologie d'Erving Goffman. C'est en élucidant le fonctionnement des interactions sociales dans le métro de Montréal qu'il a été possible d'expliquer où se trouvent plus précisément les difficultés qu'elles rencontrent dans leur relation avec l'espace aménagé des voitures de métro et des quais. La méthode qualitative a permis, à travers des entretiens semi-dirigés menés auprès d'usagers, de brosser un portrait de leurs habitudes et de leurs façons de voyager en identifiant les facteurs qui participent à la qualité de leur expérience de transport parmi les autres passagers. C'est de cette manière qu'il a été possible de montrer que les usagers ne voyagent pas tous de la même façon, ni pour les mêmes raisons et que par conséquent, l'interprétation différenciée qu'ils font de leurs trajets dans le métro s'impose comme une difficulté éminente que nous proposons d'éclaircir. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Interactions sociales, sociologie urbaine, métro de Montréal, aménagement, appropriation de l'espace, usages des espaces publics, micro-analyse, mobilité et développement urbain, expérience de voyage.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Lafortune, Jean-Marie
Mots-clés ou Sujets: Métros -- Montréal / Transports urbains -- Voyageurs / Interaction sociale / Usagers -- Attitudes / Voitures de métro -- Conception et construction / Quais -- Conception et construction / Espaces publics
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de sociologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 25 nov. 2015 20:31
Dernière modification: 25 nov. 2015 20:31
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7535

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...