Le sens de l'orientation : impact de l'asymétrie routière sur la structure en "petit-monde" des réseaux de rues

Sainte-Marie, Maxime (2015). « Le sens de l'orientation : impact de l'asymétrie routière sur la structure en "petit-monde" des réseaux de rues » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en informatique cognitive.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (53MB)

Résumé

Un nombre grandissant de recherches en cognition spatiale démontre que l'orientation et le mouvement urbains sont déterminés par une quantité restreinte d'informations, relevant davantage de la topologie que de la géométrie métrique. Une nouvelle forme de modélisation routière, dite à base de rues, s'avère d'ailleurs particulièrement bien adaptée à la représentation de cette expérience cognitive urbaine. Dans ces modèles, la rue est conçue comme un ensemble ordonné de segments adjacents à sériation odonymique ou angulaire : dans le premier cas, une rue est formée de segments adjacents portant le même nom ; dans le second, une rue est formée de segments adjacents caractérisés par des rapports d'incidence inférieurs à un seuil d'angularité donné. Structurellement, les réseaux de rues diffèrent radicalement des représentations géométriques traditionnelles. Il a notamment été démontré que les réseaux routiers urbains, jusqu'alors considérés comme l'un des rares types de réseaux réels ne présentant pas de propriétés de réseaux en petit monde, s'avèrent au contraire petits-mondains lorsque représentés sous forme de réseaux de rues. L'impact de ces résultats est toutefois amoindri par le fait que les modèles à base de rues ne tiennent pas compte de l'unidirectionnalité de certaines routes, dites "à sens unique". Au moyen de l'utilisation de l'indice w, une mesure de "petite mondanité" développée dans le cadre de l'analyse des structures cérébrales, la présente recherche vise à évaluer l'impact de l'asymétrie routière sur le caractère petit mondain des modèles à base de rues. L'analyse des réseaux de rues de trois quartiers londoniens (Barnsbury, Clerkenwell, Kensington) entreprise ici permet de démontrer que la prise en compte de l'asymétrie routière dans la construction des modèles à base de rues permet non seulement d'en mieux souligner la structure petit-mondaine, mais aussi et surtout la structure presque parfaite des réseaux de rues odonymiques à cet égard. À la lumière des piètres performances humaines en matière de navigation et d'orientation urbaines, cette petite mondanité exceptionnelle des réseaux odonymiques montre bien l'importance cognitive et navigationnelle de la lexicalisation des réseaux routiers, essentielle à la vie et au mouvement urbains.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Robert, Serge
Mots-clés ou Sujets: Orientation / Perception spatiale / Transports urbains / Rues / Conception et construction / Modèles mathématiques / Rues -- Noms / Théorie des graphes / Théorie des six degrés de séparation
Unité d'appartenance: Faculté des sciences > Département d'informatique
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 22 déc. 2015 16:00
Dernière modification: 22 déc. 2015 16:00
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7633

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...