Les morts se lèvent : zombies, pouvoir et résistance

Allard, Jérôme-Olivier (2015). « Les morts se lèvent : zombies, pouvoir et résistance » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (46MB)

Résumé

Fantômes, vampires, goules, squelettes et autres cadavres en putréfaction, les morts-vivants de toutes sortes hantent de longue date les rêves des humains et leurs productions artistiques. Le zombie, ce monstre anthropophage sorti de sa tombe pour se repaître inlassablement de chair humaine, est devenu, depuis sa (re)naissance dans le film Night of the Living Dead (1968) du cinéaste américain George Andrew Romero, un antagoniste par excellence du genre de l'horreur; de façon encore plus marquée depuis le début du 21e siècle, il contamine l'imaginaire occidental contemporain. Un déplacement s'opère dans quelques productions zombiesques récentes : le mort-vivant, de chose menaçante et indifférenciée, (re)devient un être sensible et doué de raison. Violenté et malmené par les humains, il est un souffre-douleur différent qu'on prend plaisir à tourmenter sans raison, un sujet en quête de reconnaissance ou un citoyen de troisième classe revendiquant un droit de cité. Ce mémoire vise à mettre au jour une figure encore peu étudiée par la critique universitaire, celle du zombie réhumanisé, qui a retrouvé d'une manière ou d'une autre une partie de ses aptitudes (conscience, langage, émotions, etc.), et ce, en tant qu'elle est inscrite dans des rapports de pouvoirs qui évoquent peut-être un environnement politique réel. Dans certains univers fictionnels, le zombie réhumanisé, porté par un élan révolutionnaire et exploité par une majorité vivante qui refuse de remettre en question sa présumée supériorité et ses privilèges, connaît la révolte et embrasse une lutte (individuelle ou collective) visant à faire cesser les injustices dont il se sent victime. Ce mémoire porte notamment sur l'humanité retrouvée, le corps mort-vivant, la cellule familiale, la chair interdite, les modalités de la répression et les expressions de la résistance dans le film Fido (Currie, 2006), la série télévisée In the Flesh (Mitchell, 2013) et le roman Breathers (Browne, 2009). ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Zombie réhumanisé, Pouvoir, Répression, Résistance, Corps, Chair, Famille

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Archibald, Samuel
Mots-clés ou Sujets: Zombies au cinéma / Zombies dans la culture populaire / Zombies dans la littérature / Homme
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 06 janv. 2016 19:41
Dernière modification: 06 janv. 2016 19:41
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7673

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...