Le Bureau de tabac : densité de la présence dans un texte poétique questionnant l'incarnation de la pensée

De Sousa e Silva, Marina (2015). « Le Bureau de tabac : densité de la présence dans un texte poétique questionnant l'incarnation de la pensée » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en théâtre.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (15MB)

Résumé

A été adapté au théâtre dans le cadre de cette recherche-création la poésie Le Bureau de tabac écrite en 1928 par le poète portugais Fernando Pessoa sous le nom de son hétéronyme Alvaro de Campos. L'adaptation a été agrémentée d'extraits de d'autres poèmes, de correspondances et de notes personnelles de Pessoa, dans le but de traduire en langage scénique l'esthétique métaphysique de l'auteur. Le Bureau de tabac est une introspection poétique dans laquelle s'enchevêtrent images et sensations abstraites. Il évoque la dualité que vit le personnage principal dans sa chambre : y est brossé le conflit entre son questionnement métaphysique et la réalité extérieure perçue à travers sa fenêtre. L'angoisse existentielle du narrateur transcende alors la réalité qui, dans le poème, prend la forme concrète de la fenêtre, de la rue, du bureau de tabac. L'objectif de cette recherche a été d'accentuer, par le collage de textes et par différents procédés scéniques, la densité de la pensée de Campos présente dans le poème initial. D'un côté, l'exégèse de la poésie de Pessoa (l'hétéronymie, la réalité, le rêve, la conscience, la vie) devait rendre théâtrale l'intime réalité du personnage principal; de l'autre, un jeu sur les états de la matière (le chocolat fondant, la fumée, le traitement de la voix par le micro, etc.) voulait parvenir à illustrer les différentes voix traversant la pensée humaine du Bureau de tabac. Au sein du premier chapitre, nous avons décrit la philosophie esthétique de Fernando Pessoa, comprise comme la métaphysique des sensations – ou plus simplement comme le sensationnisme – ainsi que sa pratique novatrice de l'hétéronymie. La quête de Pessoa était celle d'un artiste voulant expérimenter toutes les sensations de toutes les manières. Il avait soutenu l'idée que chaque individu était en fait composé de plusieurs facettes qui méritaient leur propre existence et leur propre nom et auxquelles il se devait donc d'octroyer un hétéronyme. Le deuxième chapitre concerne cette tâche difficile que représente la mise en scène d'une poésie. L'action se déroulant essentiellement dans le domaine de l'intime, il n'est pas évident de la retranscrire sur scène. Le défi consistait à réunir sur scène les qualités théâtrales propres à l'œuvre de Pessoa et celles propres à toute introspection poétique. Le Bureau de tabac est caractérisé par l'usage de plusieurs voix contradictoires, ce qui nous est apparu comme une correspondance à la théorie hétéronymique. Les ajouts textuels nous ont permis non seulement d'user du potentiel théâtral de l'hétéronymie mais aussi de polariser les différentes postures qui traversent le poème. Une approche phénoménologique du sensationnisme nous a menée à travailler les états de la matière afin d'incarner, de matérialiser, de faciliter la perception d'une pensée intime par le corps entier du spectateur, le tout en tension avec les métaphores textuelles du poème. Au sein du troisième chapitre se trouvent les implications concrètes du lien précédemment établi entre phénoménologie et sensationnisme comme narration au sein du langage scénique. Le déroulement du travail de théâtralisation y est explicité d'abord à partir des explorations sur les états de la matière, entre dégoût, sensualité et animalité, inspirées par les recherches du metteur en scène italien Romeo Castellucci. Y sont aussi décrites la direction d'un jeu d'acteurs voulant valoriser le rythme poétique et la conception du spectacle qui a su amplifier le sentiment d'angoisse existentielle propre à l'œuvre originale. En résumé, ce qui a été questionné dans ce projet, c'est la transposition scénique d'une pensée intime et la façon dont elle peut s'inscrire en continuité dans le jeu des acteurs qui cherche à faire apparaître les états de conscience représentés par les hétéronymes. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Le Bureau de tabac, la poésie au théâtre, l'hétéronymie, la métaphysique de sensations, la phénoménologie, les états de la matière sur scène.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Fournier, Alain
Mots-clés ou Sujets: Pessoa, Fernando -- Critique et interprétation / Pessoa, Fernando -- Mise en scène / Bureau de tabac / Adaptations scéniques / Poésie / Hétéronymie / Mémoire-création
Unité d'appartenance: Faculté des arts > École supérieure de théâtre
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 11 janv. 2016 18:41
Dernière modification: 11 janv. 2016 18:41
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7690

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...