Une rencontre transatlantique : les Viêt-Nam nés du mouvement anti-guerre en France et aux États-Unis

Broucke, John (2015). « Une rencontre transatlantique : les Viêt-Nam nés du mouvement anti-guerre en France et aux États-Unis » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en histoire.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (44MB)

Résumé

« Une rencontre transatlantique : les Viêt-Nam nés du mouvement anti-guerre en France et aux États-Unis » traite de la création de l'historiographie engagée contre la guerre du Viêt-Nam, aussi connu sous le nom de l'école orthodoxe. La guerre du Viêt-Nam (1955-1975) n'a pas seulement opposé Hanoi à Washington. Ce conflit si contesté en France et aux États-Unis a également mobilisé les intellectuels opposés à l'intervention occidentale au Viêt-Nam et le bien-fondé des arguments justifiant ce conflit. Cette historiographie américaine a connu ses débuts sous Paul Mus, haut fonctionnaire de l'État colonial qui est entré en dissidence contre le gouvernement français afin de dénoncer la guerre française en Indochine. Cet intellectuel a formé plusieurs intellectuels, français et américains. Nos intellectuels se divisent en deux groupes. Le premier inclut Paul Mus lui-même. Ce célèbre spécialiste de l'histoire Vietnamienne rompt publiquement avec la guerre d'Indochine en 1949 et publie deux livres très critiques de l'engagement français contre le gouvernement dirigé par Ho Chi Minh. Il inspire d'autres auteurs très connus dont Philippe Devillers et Jean Lacouture, lesquels empruntèrent les idées et arguments anti-guerres. Le deuxième groupe inclut également Paul Mus, mais dans un sens transnational en fait, car Mus s'installe à l'Université de Yale où il travaille jusqu'en 1969. Sa plus célèbre émule dans ce transfert transatlantique fut Frances Fitzgerald. Elle dédia à Mus son livre anti-guerre Fire in the Lake, et a reçu le prix Pulitzer. L'objectif de ce mémoire est de montrer comment ces intellectuels engagés, afin de dénoncer l'erreur de l'intervention occidentale (franco-américaine) au Viêt-Nam, ont fini par produire deux Viêt-Nam « imaginaires ». Ces intellectuels ont eu tendance à présenter le Viêt-Nam de Ho Chi Minh comme la manifestation d'un nationalisme et d'une tradition « pure » et « éternelle », tout en évacuant les composantes communistes de cet État et de ses dirigeants. D'un autre côté, ces auteurs ont présenté le Viêt-Nam des adversaires de Ho Chi Minh, c'est-à-dire Bao Dai et Ngo Dinh Diem, comme « peu Vietnamien », « des marionnettes », voire des « étrangers ». Provenant de différents champs d'études, ces intellectuels ont non seulement débattu les implications du conflit au Viêt-Nam, mais ils ont également avancé une version engagée du passé Vietnamien, réinterprété avec les enjeux contemporains. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Mus, Lacouture, Devillers, Fitzgerald, Indochine, Viêt-Nam, Dissidence, Historiographie orthodoxe

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Goscha, Christopher
Mots-clés ou Sujets: Mus, Paul / Devillers, Philippe / Lacouture, Jean / FitzGerald, Frances / Historiographie orthodoxe / Mouvements pacifistes / Intervention (Droit international) / Guerre d'Indochine, 1946-1954 / Guerre du Viêt-nam, 1961-1975 / Viêt-nam -- Histoire -- 1945-1975
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département d'histoire
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 01 févr. 2016 16:36
Dernière modification: 01 févr. 2016 16:36
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7714

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...