Évaluation de la puissance aérobie maximale en natation (test progressif maximal à paliers multiples)

Boukhar, Khalid (2015). « Évaluation de la puissance aérobie maximale en natation (test progressif maximal à paliers multiples) » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en kinanthropologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (14MB)

Résumé

Objectif : Le but de cette recherche est d'investiguer le test de puissance aérobie progressif à paliers multiples en natation (Léger 1985) pour vérifier sa fidélité et le degré de validité dans le contexte actuel. Méthodologie : Le groupe des participants était constitué de 15 nageurs et 9 triathlètes dont 7 filles et 17 garçons (âgés de 22,5 ans ± 8,3) réalisant le 400 m nage libre en 4,57 minutes ± 1,11, VAM = (1,39 m.s-1) (± 0,23). Les participants ont nagé sur des paliers de 2 min à une vitesse prédéterminée suivis d'une minute de repos. La collecte des gaz a eu lieu immédiatement à l'arrêt de l'effort pendant 30 secondes, les 30 secondes restantes de la minute de repos servaient à se replacer à l'extrémité du bassin la plus proche pour reprendre l'effort sur le palier suivant. Le test était constitué de 3 à 4 paliers d'effort d'une durée de 2 minutes chacun après 1000 m d'échauffement. La vitesse initiale a été fixée de 0.20 m/s plus lente que la vitesse moyenne du meilleur 400 m de chaque participant et était augmentée de 0.05 m/s à chaque palier. Le participant était arrêté aussitôt qu'on remarque qu'il n'était plus capable de nager à la vitesse imposée par la bande sonore (selon le protocole du test maximal progressif à paliers multiples en natation de Leger et Lavoie 1985) (TPN). 48 heures après, les participants ont pédalé sur un vélo électromagnétique à une fréquence de pédalage de 60 révolutions par minute avec une charge initiale de 0.5 KP (25 watts). L'intensité de l'exercice était augmentée de 0.5 KP toutes les 2 minutes jusqu'à épuisement du participant. Il retourna à la première intensité pour faire un retour au calme de 3 minutes. Résultats : Nous avons constaté un bon niveau de corrélation (r2 = 0,74) avec une supériorité des valeurs de VO2Nat. (Moyenne : 4376,72 ml/min) par rapport aux valeurs de VO2Erg. (Moyenne : 3795,75 ml/min). Cela est dû à l'aspect spécifique du test de natation. La corrélation existe entre la consommation d'oxygène (VO2peak) et la vitesse aérobie maximale (VAM) en natation (r2 = 0,74, SEE 4,7 ml*kg-1*min-1). Aussi, nous avons eu une très forte corrélation entre la vitesse moyenne de la meilleure performance sur 400 m crawl des participants et la vitesse du dernier palier complété lors du TPN (r2 = 0,97, SEE 0,04 m*s-1). Conclusion : Les travaux réalisés dans le cadre de ce mémoire de maîtrise ont permis de confirmer la validité et surtout la fidélité du test progressif à paliers multiples en natation (Léger 1985) (TPN) dans le contexte actuel. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Le test de puissance aérobie progressif à paliers multiples en natation, la rétro extrapolation de la courbe de la VO2 lors de la récupération, la vitesse aérobie maximale en natation

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Comtois, Alain-Steve
Mots-clés ou Sujets: Puissance aérobie maximale -- Tests / Natation / Test progressif maximal à paliers multiples
Unité d'appartenance: Faculté des sciences > Département de kinanthropologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 19 févr. 2016 18:42
Dernière modification: 19 févr. 2016 18:42
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7759

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...