Promouvoir l'égalité des sexes de l'autonomisation des femmes en Afrique : analyse de l'aide publique canadienne au développement

Dumont, Stéphanie (2014). « Promouvoir l'égalité des sexes de l'autonomisation des femmes en Afrique : analyse de l'aide publique canadienne au développement » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en science politique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (23MB)

Résumé

Au tournant du nouveau millénaire, tous les pays du monde, ainsi que les grandes institutions internationales d'aide au développement se sont réunis, afin de mettre en place des stratégies globales de lutte à l'extrême pauvreté. En mettant en œuvre les huit objectifs établis par la communauté internationale (les Objectifs du Millénaire pour le développement), les bailleurs de fonds pourraient dès lors contribuer à réduire les écarts entre les pays « riches » et les pays « pauvres » et ainsi favoriser un meilleur développement pour toutes les populations. Le troisième de ces objectifs vise l'atteinte de l'égalité entre les sexes et l'autonomisation des femmes, avec un accès égalitaire à l'éducation (primaire puis secondaire) pour tous comme cible. Pour les féministes libérales, l'État et ses institutions représentent des lieux de lutte de pouvoir, qui peuvent être instrumentalisés afin de favoriser une plus grande égalité entre les sexes. Par exemple, les droits humains fondamentaux reconnus par la législation internationale et d'autres instruments juridiques internationaux de protection des droits de la femme contribuent à améliorer les structures publiques dans lesquelles les femmes évoluent. Toutefois, les inégalités entre les sexes ne sont pas les seules formes de discriminations que vivent les femmes des pays en voie de développement. Une fillette en milieu rural dispose-t-elle du même accès à une éducation de qualité qu'une fillette vivant en milieu urbain? Et une fois qu'elles sont inscrites à l'école, les fillettes sont-elles réellement traitées sur un pied d'égalité avec les garçons? En fonction de leur sexe, mais également des autres réalités sociales qui les définissent (origine ethnique, appartenance culturelle, classe sociale, etc.), les fillettes rencontrent davantage de barrières. Ce n'est pas en augmentant simplement le nombre de fillettes inscrites à l'école dans les pays en développement qu'il sera possible d'atteindre une meilleure égalité entre les sexes et une réelle autonomisation des femmes. Pour y arriver, il semble essentiel de prendre en considération les facteurs de discrimination que rencontrent les femmes sur le terrain, dans les pays bénéficiaires de l'aide au développement destinée à la réalisation des OMD. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : OMD, OMD 3, Femmes, Aide au développement, Éducation, Canada-Afrique.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Macleod, Alex
Mots-clés ou Sujets: Africaine, Aide au développement, Aide internationale, Autonomisation, Condition féminine, Égalité des sexes, Femme dans le développement, Lutte contre la pauvreté, Afrique, Canada
Unité d'appartenance: Faculté de science politique et de droit > Département de science politique
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 24 févr. 2016 21:04
Dernière modification: 24 févr. 2016 21:04
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7796

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...