Analyse de la communication responsable d'une organisation : étude de cas sur Hydro-Québec et le projet de la Romaine

Legault, Nicholas (2015). « Analyse de la communication responsable d'une organisation : étude de cas sur Hydro-Québec et le projet de la Romaine » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en communication.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (21MB)

Résumé

Depuis l'avènement du développement durable et de la responsabilité sociale des entreprises, les organisations sont plus que jamais sollicitées à se conduire de façon responsable envers leur société. Ce mémoire s'intéresse à la dimension communicationnelle de ce type d'engagement, autant du point de vue de la cohérence du message et des actions que de l'authenticité du discours des organisations qui se disent responsables. Sachant que, devant ce nouveau paradigme de la responsabilité, certaines organisations décident de mettre de l'avant des méthodes de communications fallacieuses pour améliorer ou manipuler leur image – ce qu'on réfère à de l'écoblanchiment – ce mémoire tente de répondre aux questions suivantes : En quoi l'engagement d'une organisation en matière de développement durable et de responsabilité sociale se reflète-t-il dans ses stratégies communicationnelles? En quoi les pratiques de gestion d'une organisation qui se dit responsable sont-elles cohérentes avec son positionnement communicationnel, plus particulièrement en ce qui concerne les relations avec les parties prenantes? Pour répondre à ces questions, nous avons procédé à l'étude du cas d'Hydro-Québec, cette dernière se proclamant responsable, et ce, depuis de nombreuses années. En plus de nous pencher sur la cohérence des différents discours communicationnels de la société d'État en matière de développement durable et de responsabilité sociale, nous avons examiné les relations qu'elle entretient avec ses parties prenantes en situation de tension, en l'occurrence en lien avec les débats entourant le projet hydroélectrique de La Romaine. Nous nous sommes plus spécifiquement penchés sur la stratégie communicationnelle déployée par l'organisation dans la foulée de la diffusion d'un documentaire très critique à l'endroit de ce projet et intitulé « Chercher le courant ». Sur la base du modèle proposé par David et Lambotte (2011), nous avions avancé comme intuition de recherche que cette organisation devrait s'orienter vers une stratégie communicationnelle correspondant à une communication responsable, tant sur le plan de la cohérence des différents discours qu'en ce qui concerne les actions mises en place pour entrer en relation avec ses parties prenantes. Or, notre analyse a plutôt relevé certaines incohérences dans les documents produits par Hydro-Québec, ainsi qu'un certain décalage entre la stratégie communicationnelle mise de l'avant en réponse au mécontentement de certaines parties prenantes et ce que commanderait une approche responsable en la matière. Nous en concluons qu'il est difficile, même pour une organisation comme Hydro-Québec, de mettre de l'avant une communication qui soit responsable sur tous les plans, et que l'ouverture vers le dialogue demeure souvent au stade de l'idéal. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : communication responsable, responsabilité sociale des entreprises, écoblanchiment, stratégie communicationnelle, développement durable, Hydro-Québec

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Yates, Stéphanie
Mots-clés ou Sujets: Communication dans les organisations / Entreprises -- Responsabilité sociale / Écoblanchiment / Développement durable / Hydro-Québec -- Études de cas
Unité d'appartenance: Faculté de communication
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 29 févr. 2016 20:51
Dernière modification: 29 févr. 2016 20:51
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7823

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...