Poétique de la mémoire dans Hiroshima, mon amour

Blein, Magali (2007). « Poétique de la mémoire dans Hiroshima, mon amour » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Oeuvre cinématographique réalisée par Alain Resnais en 1959, Hiroshima mon amour est également reconnue pour sa valeur scénaristique, autrement dit littéraire, que l'on doit au travail de Marguerite Duras, et qui a d'ailleurs fait l'objet d'une publication distincte après la sortie du film. L'originalité de la présente recherche repose sur la distinction des deux médiums coexistants, une division qui non seulement oriente mais enrichit la réflexion sur une dialectique de la mémoire et de l'oubli. Si la matérialité filmique et la matérialité textuelle, chacune à l'aide des procédés qui lui sont propres, interrogent le devoir de mémoire et la fonction de l'oubli, il appert que le texte oriente davantage la question de l'oubli, alors que le film fait voir plus positivement le travail de la mémoire. L'écriture de Marguerite Duras se voit marquée par un style épuré où la figure rhétorique de la répétition prédomine et propose une vision du monde où l'oubli, au même titre que la guerre, est inévitable et récurrent. Le traitement de l'image cinématographique d'Alain Resnais permet de conférer aux images mentales une matérialité au sein d'un montage éclaté. Ce dernier participe d'une représentation directe du temps et du processus psychique de la remémoration, de même qu'il donne à voir l'histoire d'un monde devenu impossible à appréhender objectivement sans en évoquer la fragmentation. De surcroît, la structure de l'oeuvre contenant l'apposition d'une tragédie personnelle et d'une catastrophe historique, l'étude de la mémoire tient compte de cette distinction entre les dimensions intime et historique. L'analyse de la partie intime envisage la remémoration comme un effort de rappel qui repose sur l'émergence de la trace mnésique caractérisée par sa persistance. En parallèle, la partie plus historique convie à penser la trace documentaire selon son caractère périssable et ses limites à servir la mémoire historique. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Marguerite Duras, Alain Resnais, Hiroshima mon amour, Littérature et cinéma, Mémoire, Oubli, Répétition, Image-temps, Trace.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Mots-clés ou Sujets: Duras Marguerite 1914-1996, Resnais Alain 1922, Hiroshima mon amour (Film cinématographique), Mémoire, Temps (Philosophie), Cinéma, Littérature
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: RB Service des bibliothèques
Date de dépôt: 09 juill. 2008
Dernière modification: 01 nov. 2014 02:05
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/784

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...