UQAM - Université du Québec à Montréal
Archive de publications électroniques
UQAM ›  Archive de publications électroniques ›  La fiction dans les témoignages de Jorge Semprun

La fiction dans les témoignages de Jorge Semprun

Archambault, Annie (2007). « La fiction dans les témoignages de Jorge Semprun » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :

[img]
Prévisualisation
PDF
2668Kb

Résumé

Les années qui ont suivi immédiatement la fin de la Seconde Guerre mondiale et la libération des camps ont été le lieu de la publication d'une multitude de témoignages. La communauté savante -historiens, anthropologues, sociologues -qui a normalement la tâche ardue et complexe d'historiser les faits ne sait pas comment interpréter cette abondante littérature. Ce sont les psychologues et les littéraires qui s'y intéressent d'abord. À partir de 1948, les survivants font face à un mur du silence: on veut passer à autre chose. Les manuscrits trouvent difficilement une maison d'édition, non pas seulement à cause d'une saturation, mais plutôt par la nature même du sujet traité. Dans ce climat difficile où la vérité historique ne concorde pas toujours avec la vérité racontée, qu'en est-il des oeuvres de fiction? C'est dans cette optique que j'étudie deux ouvrages de Jorge Semprun, survivant du camp de Buchenwald. Le grand voyage (1963) et L'écriture ou la vie (1994) racontent l'expérience marquante vécue dans l'univers concentrationnaire nazi. Contrairement à d'autres témoignages sur les camps, l'auteur transgresse le type conventionnel du compte rendu objectif par un travail de création. Dans ce mémoire, je cherche à montrer comment Semprun utilise le travail de création et l'artifice de l'art pour transmettre l'indicible, c'est-à-dire ce qui ne semblait pas pouvoir être raconté: la vérité essentielle de l'expérience vécue. Ce mémoire se déploie en trois parties. Tout d'abord, afin de bien cerner l'importance de l'acte testimonial, il est important de définir le rôle du témoin dans le contexte particulier de la Seconde Guerre mondiale. Ensuite, puisque le corps est central à l'expérience vécue, il est possible d'observer sa fonction dans la construction de la mémoire. Finalement, il faut dégager les divers mécanismes d'écriture utilisés par l'auteur. De cette manière, à la fin du travail, le rôle prépondérant de la création littéraire dans l'élaboration du témoignage peut être clairement mis en évidence. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Fiction, Témoignage, Camps, Mémoire, Corps.

Type de document : Mémoire accepté
Évaluation par des pairs : Oui
État du document : Non publié
Informations complémentaires : Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Mots-clés : Semprún Jorge 1923-, Survivant de l'Holocauste, Témoignage, Création littéraire, Fiction
Unité d'appartenance : Faculté des arts > Département d'études littéraires
Code ID : 788
Déposé par : RB Service des bibliothèques
Déposé le : 10 juill. 2008
Dernière modification : 01 déc. 2010 13:46

Modifier les métadonnées de ce document.

Voir les statistiques sur cinq ans...