Entre résistance et récupération : les iraniens face à la diplomatie culturelle américaine en Iran à l'aube de la guerre froide, 1945-1960

Abdela, Simon (2015). « Entre résistance et récupération : les iraniens face à la diplomatie culturelle américaine en Iran à l'aube de la guerre froide, 1945-1960 » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en histoire.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (22MB)

Résumé

Depuis quelques années, les historiens s'intéressent à la question de la culture dans les relations entre États : la diplomatie culturelle. Cependant, très peu d'attention a été portée à la composante éducative de ces initiatives culturelles. L'objectif de cette recherche est de mettre en lumière la réaction des Iraniens à l'égard de certains projets d'échanges culturels avec les États-Unis, pendant la période que nous nommons l'aube de la Guerre froide, soit de 1945 jusqu'au tournant des années 1960. En mettant l'accent sur les programmes Fulbright et Point 4, nous posons les questions suivantes : dans quelle mesure ces programmes ont-ils influencé les hearts and minds des populations locales? Comment ces dernières ont-elles été en mesure de résister ou récupérer certains aspects des programmes pour des buts internes? Bien qu'à ce jour ces questions n'aient reçu aucune attention de la part de la communauté historienne, les sources que nous avons consultées nous permettent de tracer une ébauche de réponse. À la lumière de nos recherches, nous constatons que la réaction des Iraniens n'était pas homogène. Par rapport aux échanges académiques du Fulbright, les élites iraniennes reviennent au bercail déracinées. En effet, si les participants sont de retour avec une représentation plus que positive de l'American way of life, ils sont dorénavant beaucoup plus critiques à l'endroit de leur propre culture, surtout en ce qui a trait aux relations hommes-femmes et par rapport aux opportunités que leur procure une éducation à l'américaine. Dans le monde rural iranien, le Point 4 et l'éducation technique qu'il véhicule reçoit lui aussi un accueil mitigé. Sympathisants communistes, membres du clergé et grands propriétaires terriens voient d'un très mauvais œil les transformations que permet le Point 4. D'un autre côté, les femmes, les petits fermiers et les communautés utilisent le Point 4 pour promouvoir des changements à l'interne. Bien que dans l'ensemble le Point 4 et le Fulbright aient apporté plusieurs changements, la Révolution blanche que propose le Shah en 1962 vient brouiller les cartes des acquis des années 1940 et 1950. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : États-Unis, Iran, Diplomatie culturelle, Éducation, Point 4, Fulbright

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Goscha, Christopher
Mots-clés ou Sujets: Diplomatie culturelle / Échanges culturels américains -- Iran / Éducation / Iraniens -- Attitudes / Iran -- Relations -- États-Unis / Iran -- Civilisation -- 20e siècle
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département d'histoire
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 mars 2016 14:59
Dernière modification: 18 mars 2016 14:59
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7899

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...