Crises financières dans les pays en développement : origines, spécificités et résolutions

Aguey, Sêgnon Tovignon (2015). « Crises financières dans les pays en développement : origines, spécificités et résolutions » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en économique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (20MB)

Résumé

Cette thèse traite des crises jumelles qui sont l'occurrence des crises bancaires et des crises de change simultanément. Ces crises, spécifiques aux pays en développement constituent les crises financières les plus sévères et les plus dommageables pour les économies. L'augmentation de leur fréquence observée de décennie en décennie fait urger le besoin d'identifier leurs origines, de comprendre leur processus de transmission et d'en établir des politiques de résolution et d'éviction optimales. Les trois chapitres de la thèse répondent à ces besoins respectivement. Dans le premier chapitre, la construction d'un répertoire des crises jumelles depuis le 18ieme siècle à partir des données de Reinhart et Rogoff (2009), nous permet de montrer la fréquence de plus en plus élevée de ces crises dans le monde, avec des transmissions de plus en plus spécifiques aux pays en développement. 90% des 86 cas que nous avons répertoriés concernent les pays en développement. Un survol de la littérature, ajouté à deux études de cas – la crise sud-est asiatique des années 1997-1998 et celle ouest africaine des années 1991-1994 – permettent de faire ressortir différentes origines possibles des crises jumelles et mieux, différentes politiques possibles de résolution et d'éviction. La libéralisation financière trop soudaine, le boom du crédit, la dollarisation des emprunts bancaires, ou encore la dégradation du commerce international constituent de potentielles origines des crises jumelles, qui pourront être résolues par la dévaluation de la monnaie, l'adoption d'un régime de change flottant, et/ou encore le renflouement des banques commerciales par la banque centrale. Ce chapitre permet aussi de répondre au débat dans la littérature quant à la chronologie d'occurrence des crises composantes de la crise jumelle. Une crise jumelle pourrait ainsi trouver son origine dans une crise bancaire, dans une crise de change, ou dans les deux simultanément, dépendamment des stratégies politiques en place. Le deuxième chapitre est un travail empirique qui utilise un modèle Logit pour déterminer l'effet de la concentration bancaire élevée, observée au niveau des économies en développement, sur les risques de crises jumelles. Pour une première fois dans la littérature, un modèle économétrique considère le niveau de concentration bancaire dans les questions de crises jumelles. L'échantillon de données couvre 70 pays en développement sur la période 1994-2011 et permet de répertorier 31 cas de crises jumelles. Les résultats montrent significativement au seuil de 1% que la concentration bancaire augmente la probabilité d'occurrence des crises jumelles. En contrôlant pour des variables macroéconomiques, financières et socioculturelles, les résultats demeurent robustes. Le modèle a ensuite été validé par des tests de spécification, d'utilisation d'autres mesures de la concentration bancaire et de prévision hors échantillon. Aucun modèle Logit à notre connaissance n'a été validé par des tests de prévision hors échantillon, ce qui représente un apport de plus de ce chapitre à la littérature. Le troisième et dernier chapitre intègre les résultats trouvés aux premier et deuxième chapitres pour déterminer des politiques de résolution optimales des crises jumelles. Le chapitre utilise un modèle d'équilibre général dynamique, microfondés pour une petite économie ouverte. La concentration bancaire, la concurrence monopolistique sur le marché des biens et services et la dollarisation des emprunts bancaires par exemple ont été modélisées afin de reproduire fidèlement la structure économique des pays en développement. Cette méthodologie a permis une analyse qualitative mais aussi quantitative de l'incidence des crises jumelles avant l'évaluation de différentes politiques de résolution proposées dans la littérature. La politique qui s'est révélée la plus efficace en période de crise jumelle est une adoption d'un régime de change flexible accompagnée d'une hausse temporaire des droits de douane sur les revenus d'exportation en devises, afin de couvrir les banques domestiques contre le « péché originel ». Au total, cette thèse apporte à la littérature une étude qualitative et quantitative du processus de transmission de chacune des crises qui composent la crise jumelle ; une identification économétrique de la concentration bancaire comme étant l'une des causes principales de la crise jumelle ; et une évaluation des meilleures politiques en réponse aux crises jumelles. Dans les trois chapitres, les méthodologies sont toutes autant originales que les sujets traités. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : crises jumelles, crises financières, équilibre macroéconomique, microfondements, modèle logistique, concentration bancaire, crise sud-est asiatique, crise ouest africaine, finance internationale, économie du développement.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Miller, Victoria
Mots-clés ou Sujets: Crises financières -- Pays en voie de développement -- Histoire / Crises jumelles / Concentration d'entreprises / Banques / Politique économique / Finances internationales
Unité d'appartenance: École des sciences de la gestion
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 21 mars 2016 15:44
Dernière modification: 21 mars 2016 15:44
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7951

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...