La construction sociotechnique d'une banque de données en ASCV : la double herméneutique en action

Benoit, Catherine (2015). « La construction sociotechnique d'une banque de données en ASCV : la double herméneutique en action » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en administration.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (25MB)

Résumé

L'analyse du cycle de vie est un phénomène qui est apparu à la fin des années soixante-dix. Issue du champ de l'écologie industrielle, l'analyse du cycle de vie permet d'évaluer les impacts environnementaux des produits de l'extraction des matières premières à la mise au rebut. Des débuts modestes ont marqué le champ, s'attardant surtout à effectuer des bilans énergétiques ou des « écobilans » de matériaux d'emballage. La standardisation ISO 14040, la création d'un journal scientifique, le développement de base de données et l'offre de logiciels spécialisés ont contribué à faire de l'analyse du cycle de vie un phénomène d'ampleur dans les décennies suivantes. Même si la question de l'expansion des sujets d'études de l'analyse du cycle de vie s'est posée dans certains cercles dès le début des années 1990, ce n'est qu'à partir du nouveau millénaire que l'addition de la dimension sociale au phénomène d'évaluation des impacts du cycle de vie des produits est devenue une préoccupation de recherche d'avant-plan. La création de l'Initiative du Cycle de Vie, chapeautée par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) et la Société pour l'écotoxicologie et la chimie environnementale (SETAC), a solidifié le statut d'outil privilégié pour le Développement Durable accordé à l'analyse du cycle de vie. Ce faisant, l'Initiative du Cycle de vie contribua à l'accélération du mouvement d'expansion des sujets englobés par l'ACV pour inclure les trois dimensions du Développement Durable (environnement - social - économique). L'analyse sociale du cycle de vie s'est développée en arrimant la logique d'évaluation des systèmes de produit de l'analyse du cycle de vie avec les préoccupations normatives de la responsabilité sociale des entreprises (RSE). La frontière des enjeux RSE corporatifs considérée jusqu'à tout récemment, limitée aux opérations et au premier tiers de fournisseurs, s'est aussi élargie pour inclure la considération des chaînes d'approvisionnement à cause de facteurs tels que la réputation, la présence de motivation légale et afin de répondre aux attentes de consommateurs conscientisés. Rapidement donc, les questions relatives aux données et à la disponibilité de systèmes de modélisation adaptés aux exigences du « social » devinrent récurrentes dans les publications du domaine et aussi pour le secteur des affaires. C'est pourquoi l'analyse sociale du cycle est de vie est considérée comme un nouvel outil non-traditionnel de la gestion. C'est à cette problématique de nature pratique à laquelle la thèse effectue une première contribution, via le développement de la base de données sur les points chauds sociaux. Deux articles témoigneront de ce développement méthodologique et contribueront à la littérature du domaine en présentant le concept puis les résultats de l'application de cette première base de données pour l'ASCV. Par ailleurs, la constitution d'une base de données soulève également des enjeux sociopolitiques. Le développement technique ne s'est pas effectué en vase clos mais bien dans l'arène sociétale. On peut donc dire que la base de données est également une construction sociale, de là la double herméneutique. Le premier article met en lumière le processus sociopolitique de développement de l'ASCV en appliquant la théorie des parties prenantes et celle de l'organisation complète et partielle. Ce faisant, l'article contribue à la réflexion sur le rôle joué par différents acteurs dans l'organisation d'une initiative RSE et sur les processus organisationnels, sur l'institutionnalisation de l'analyse sociale du cycle de vie et sur les dynamiques internes et externes des initiatives multipartites. Afin de dévoiler ces dynamiques, l'échelle des activités de partenariat est adaptée pour expliciter la démarche de collaboration et de développement méthodologique. Notre recherche témoigne de la naissance et de la croissance d'une communauté épistémique et démontre le processus de construction sociale à partir du développement de l'ASCV jusqu'à celui de la base de données sur les points chauds sociaux. Cet article présente aussi le cadre intégrateur de la thèse et les transitions avant l'article 2 et 3 se serviront des théories et cadres analytiques qui y sont présentés pour démontrer la partie de construction sociale inhérente au développement technique et méthodologique. Le deuxième article présente la méthodologie de l'analyse sociale du cycle de vie, sa sphère d'application et met à jour ses racines ancrées dans la RSE. Il aborde aussi la question de l'arrimage possible entre les différents instruments de la RSE et l'ASCV. Sur la base de la présentation du cadre d'analyse et de la description méthodologique, la pertinence, la logique et le concept d'une base de données pour l'analyse sociale du cycle de vie sont étayés. En particulier, l'article définit le rôle que peut jouer l'analyse des points chauds dans l'analyse sociale du cycle de vie et clarifie les différences entre les catégories et sous-catégories d'impact et indicateurs à utiliser pour une analyse générique ou spécifique au site. L'article situe donc l'apport de la base de données des points chauds sociaux au champ de l'ASCV et conceptualise son développement. Sur la base du concept détaillé dans le deuxième article, le troisième article fait état des résultats obtenus lors de l'application de la base de données sur les points chauds sociaux à l'étude de sept catégories de produits. L'article illustre le processus de modélisation du système de produit d'une catégorie de produits et décrit le processus d'identification des points chauds. Les résultats obtenus à l'aide du modèle sont comparés à ceux obtenus par la recherche traditionnelle. L'article contribue à démystifier l'élaboration de modèle de caractérisation en ASCV, un élément peu abordé dans la littérature. Le rôle des résultats obtenus par ce type d'analyse et leurs apports dans le cadre d'un programme RSE appliqué aux chaînes d'approvisionnement est discuté. L'article présente les points faibles de l'approche et décrit des stratégies d'amélioration possible. En conclusion, notre thèse démontre et analyse la construction sociotechnique d'outils RSE en prenant l'exemple de l'analyse sociale du cycle de vie et de la base de données SHDB. Elle présente la SHDB comme outil pouvant être mobilisé afin d'identifier les risques sociaux des chaînes d'approvisionnement. Plusieurs des attributs techniques des outils non-traditionnels de gestion comme la SHDB sont influencés ou mandatés par les parties prenantes ou encore structurés par les systèmes techniques eux-mêmes. Les initiatives multipartites, où ces développements prennent place, s'organisent partiellement, sont dynamiques et s'inscrivent dans une échelle évolutive où une communauté épistémique prend forme à l'interne et aide par la suite à l'institutionnalisation des outils développés à l'externe. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Analyse sociale du cycle de vie, Base de données, Construction sociale, Responsabilité Sociale des Entreprises, Théorie des parties prenantes, Théorie de l'organisation partielle

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Lapointe, Alain
Mots-clés ou Sujets: Coût du cycle de vie -- Aspect social / Coût du cycle de vie -- Bases de données / Entreprises -- Responsabilité sociale
Unité d'appartenance: École des sciences de la gestion
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 mars 2016 19:18
Dernière modification: 18 mars 2016 19:18
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/7974

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...