Ohenro : récit de pèlerinage ; suivi de, Journal de la pensée

Lambin-Gagnon, Laurence (2015). « Ohenro : récit de pèlerinage ; suivi de, Journal de la pensée » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (13MB)

Résumé

Ce mémoire est né d'un pèlerinage au Japon effectué en partie au cours des mois d'octobre et de septembre 2013 sur l'île de Shikoku, l'île aux quatre-vingt-huit temples. Je suis parti carnet à la main sur les chemins avec l'intention de produire un objet littéraire qui relève d'une démarche double : celle de l'écrivain et celle du pèlerin. Mon but était de les assembler en une seule, de les fusionner en un objet qui soit à la fois processuel de l'un et de l'autre. Le résultat est un récit de pèlerinage composé de deux parties narratives distinctes (mais liées) qui, à travers le débroussaillement de cette posture, mènent à la découverte d'une intériorité nouvelle, d'une spiritualité. Le récit de pèlerinage raconte une histoire qui a ceci de particulier qu'elle se construit dans le moment plutôt que dans la mémoire, comme une histoire qui raconte le présent. Le récit lui-même, dans son aspect matériel (texte, papier, stylo), constitue un des pôles de l'aspect physique de ce voyage (l'autre étant la marche). Dans le langage, ces deux pôles de l'expérience tangible (l'acte d'écrire et l'acte de marcher) se font écho pour ne résonner qu'en un seul objet : le texte. Pour rendre clair cet écho, il m'importait que la forme du récit soit aussi près que possible de celle du pèlerinage. Il s'agissait donc dans un premier temps de rapprocher ou d'entremêler les moments d'écriture et de marche pour tenter de trouver une sorte de synergie entre les mouvements, un élan vers le langage qui soit né autant de l'un que de l'autre (ou du mélange des deux). La première partie de ce mémoire se donne ainsi pour but de suivre le pèlerin-écrivain dans l'écriture comme sur les chemins. Il s'agissait en fin de compte d'en faire le témoignage du temps extérieur de ce voyage. Pour favoriser le rapprochement, j'ai imaginé un récit composé de courts chapitres de prose divisés en étapes, marquant à intervalles réguliers le chemin parcouru dans le temps et l'espace. Si la première partie de ce mémoire s'occupe davantage de l'aspect extérieur de la démarche, la seconde, elle, tourne plutôt son attention sur les ressorts intérieurs. J'ai ainsi tenu un second carnet, plus réflexif que le premier, qui s'attardait davantage à retracer les mouvements de l'esprit que ceux du corps durant ce voyage. À travers mon cheminement, j'ai été amené à réfléchir sur mon environnement et ma manière de l'habiter ou de le parcourir : marcher le chemin du pèlerin est d'abord et avant tout un rapport au temps, à l'espace et à la solitude, trois questions qui me mirent sur la piste d'une spiritualité nouvelle.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Miron, Isabelle
Mots-clés ou Sujets: Pèlerinages / Japon / Spiritualité / Récits personnels / Mémoire-création
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 21 mars 2016 18:29
Dernière modification: 21 mars 2016 18:29
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8000

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...