Révolution et luttes des femmes : la dépolitisation du genre dans le discours de la gauche radicale égyptienne

El Beblawi, Dina (2015). « Révolution et luttes des femmes : la dépolitisation du genre dans le discours de la gauche radicale égyptienne » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en sociologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (13MB)

Résumé

Ce mémoire examine la dynamique des rapports sociaux de sexe dans le cadre de la révolution égyptienne, à travers l'analyse de discours militants. Il explore les mécanismes discursifs par lesquels la domination masculine se reproduit au sein d'un mouvement dont l'ambition affichée est de renverser l'ensemble des rapports de pouvoir. En prenant pour exemple la gauche radicale égyptienne, l'une des composantes les plus actives de la révolution, il a pour objectif de dévoiler comment le discours sur le genre est modulé par le processus révolutionnaire, afin d'identifier les circonstances favorisant une remise en cause des hiérarchies entre les sexes ainsi que les moyens mis en œuvre pour maintenir le statu quo dans les rapports hommes-femmes. L'analyse de discours prend appui sur le concept de « rapports sociaux de sexe » pour révéler les rapports de pouvoir dans un espace-temps qui se proclame pourtant favorable à l'égalité des sexes. À partir de 45 textes militants produits et diffusés entre 2011 et 2014, elle montre que les résistances féminines sont freinées par la transposition de rôles sociaux sexués à l'univers du militantisme, par une dépolitisation de l'oppression spécifique des femmes et par la hiérarchisation des luttes qui en découle. La lutte dite « révolutionnaire », conçue comme étant principalement dirigée contre le régime politique, est présentée comme transcendant les clivages de sexe. La dynamique des rapports sociaux de sexe internes au militantisme de la gauche radicale est en effet étouffée au nom de la construction d'une unité qui suppose que tous les agent-e-s de la révolution ont les mêmes intérêts et subissent la même oppression. Dans ce contexte où les catégorisations du genre sont vidées de tout potentiel subversif, le discours qui s'en empare est instrumentalisé pour faire avancer la seule lutte définie comme politique et, à ce titre, la seule perçue comme légitime. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Égypte, Révolution, Mouvements sociaux sexués, Femmes, Genre, Rapports sociaux de sexe, Féminisme, Gauche

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Galerand, Elsa
Mots-clés ou Sujets: Égypte -- Histoire -- 2011 (Révolution du 25 janvier) / Études sur le genre / Femmes -- Activité politique -- Égypte / Mouvements sociaux / Extrême gauche / Activistes / Analyse du discours / Féminisme
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de sociologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 08 avr. 2016 19:02
Dernière modification: 08 avr. 2016 19:02
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8117

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...