Construction sociale, objectivité et la catégorie "femme" : une analyse comparée des thèses de Sally Haslanger et de Linda Martín Alcoff

Schoen, Zoë (2015). « Construction sociale, objectivité et la catégorie "femme" : une analyse comparée des thèses de Sally Haslanger et de Linda Martín Alcoff » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en philosophie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB)

Résumé

Ce mémoire analyse, évalue et compare les apports des philosophes Sally Haslanger et Linda Martin Alcoff au débat relatif au statut métaphysique des catégories de genre et de sexe. Haslanger et Alcoff tentent toutes deux de résoudre certains problèmes que rencontrent les conceptions antinaturalistes des catégories de sexe et de genre en défendant une position qui conçoit les catégories « homme » et « femme » comme à la fois socialement construites et objectives. En effet, l'antinaturalisme se heurte, dans un premier temps, à une difficulté théorique et pratique en voulant simultanément dénoncer l'oppression fondée sur l'appartenance de certaines personnes à la catégorie « femme » et mettre en doute la cohésion et l'unité de cette même catégorie. Dans un second temps, les théories antinaturalistes semblent sous-estimer la portée sociale des différences physiologiques et reproductives entre les individus, ce qui semble indiquer qu'il faille repenser les liens entre ces différences reproductives et les identités sexuées. Bien qu'elles soient motivées par une volonté commune de réhabiliter la catégorie « femme » pour l'action politique féministe, les théories de Haslanger et d'Alcoff diffèrent largement quant aux nouvelles définitions des catégories de genre qu'elles proposent. Haslanger défend une approche structurelle de ces catégories, établissant que leur unité découle d'une propriété sociale, plus précisément la position subordonnée ou privilégiée qu'occupe un individu dans un réseau de relations sociales. Cette position serait déterminée par certaines croyances liées à la fonction reproductive de l'individu, que celle-ci soit présumée ou réelle. Alcoff propose plutôt de comprendre l'objectivité des identités sexuées comme étant fondée dans les relations de possibilités différentielles des individus relativement à la reproduction, tout en affirmant que l'objectivité de ces catégories n'entraîne pas les conséquences déterministes qui y sont généralement associées par les théoriciennes antinaturalistes. Suite à l'exposé de l'évolution conceptuelle de la distinction sexe/genre et à une mise en contexte du débat à travers une présentation de divers courants de la métaphysique féministe (chap. 1), nous présentons en détail chacune de ces théories (chap. 2), puis nous évaluons et comparons leur capacité à répondre aux exigences d'une définition unificatrice de la catégorie « femme » (chap. 3). ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Sally Haslanger, Linda M. Alcoff, catégorie « femme », objectivisme, constructivisme social, antinaturalisme, distinction sexe/genre

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Catala, Amandine
Mots-clés ou Sujets: Haslanger, Sally Anne / Alcoff, Linda / Femme (Philosophie) / Identité sexuelle / Études sur le genre / Objectivisme (Philosophie) / Constructivisme (Sociologie) / Naturalisme / Théorie féministe
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de philosophie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 14 avr. 2016 13:55
Dernière modification: 14 avr. 2016 13:55
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8119

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...