Les stades fantômes d'Afrique du Sud : état de l'usage post-événementiel et analyse de l'héritage laissé par quatre stades de la coupe du monde de football 2010

Dalle-Vedove, Christine (2015). « Les stades fantômes d'Afrique du Sud : état de l'usage post-événementiel et analyse de l'héritage laissé par quatre stades de la coupe du monde de football 2010 » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en design de l'environnement.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (21MB)

Résumé

L'accueil de méga-événements sportifs comme la Coupe du monde de football de la FIFA et les Jeux olympiques génère la construction d'infrastructures sportives et urbaines. Les spécialistes ont ainsi, depuis les années 1960, attribué aux méga-événements le statut de catalyseur de développement urbain. Comme ces événements se succèdent sans répit tous les deux ans, plusieurs questions se posent : qu'advient-t-il de ces stades érigés dans le but unique d'accueillir l'événement? Quel est leur usage post-événementiel? Sont-ils rentabilisés par les villes hôtes? La problématique soulevée dans ce mémoire découle de ces questionnements et cible la période post-événementielle des stades. On y interroge la dichotomie entre l'éphémérité de l'événement et la durabilité des équipements sportifs construits pour l'occasion. Au-delà de l'usage post-événementiel qui en est fait, ce mémoire analyse la nature de l'héritage laissé par les stades aux villes candidates et évalue leur viabilité. L'hypothèse énoncée en introduction du mémoire stipule que la nature de l'héritage laissé par un stade dans un tel contexte serait provisoire, précaire et défavorable aux villes d'accueil, compromettant ainsi une viabilité à long terme des infrastructures sportives et urbaines à proximité. Dans le but d'affirmer ou d'infirmer cette hypothèse, quatre stades érigés en vue de la Coupe du monde de football 2010 en Afrique du Sud ont été sélectionnés : le stade Cape Town à Cape Town, le stade Nelson Mandela Bay à Port Élizabeth, le stade Mbombela à Nelspruit ainsi que le stade FNB à Johannesburg. La méthode d'analyse choisie pour l'étude consiste en une évaluation post-emménagement (POE) de ces quatre stades. On y examine de façon détaillée les étapes de la construction des stades à partir du dossier de candidature, le choix du site d'implantation, la présence ou l'absence d'une équipe sportive locataire les années suivants l'événement, la rentabilité économique des stades, le travail des équipes de gestion en place ainsi que le niveau de réalisation des projets urbains prévus en périphérie des stades. Le présent mémoire cherche à émettre des recommandations pour assurer un legs favorable aux villes candidates et ainsi, éviter la construction d'éléphants blancs lors des prochaines éditions de la Coupe du monde de la FIFA. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : stade, héritage, viabilité, méga-événement, Coupe du monde 2010, Afrique du Sud

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Broudehoux, Anne-Marie
Mots-clés ou Sujets: Stades / Événements spéciaux / Accueil d'événements sportifs / Coupe du monde de la FIFA / Stades de soccer -- Afrique du Sud -- Études de cas / Legs / Rentabilité / Rénovation urbaine
Unité d'appartenance: Faculté des arts > École de design
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 20 avr. 2016 19:07
Dernière modification: 20 avr. 2016 19:07
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8164

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...