Transcendental phenomenology and naturalistic epistemology

Ramstead, Maxwell James (2015). « Transcendental phenomenology and naturalistic epistemology » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en philosophie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (16MB)

Résumé

Ce mémoire de maitrise est une étude de l'intersection de l'épistémologie naturaliste et de la phénoménologie transcendantale. L'objectif de ce mémoire est de déterminer si et dans quelle mesure il est possible de rapprocher ces cadres théoriques. Le mémoire est divisé en deux chapitres. Le premier chapitre examine ce rapprochement à partir du point de vue de la phénoménologie transcendantale. Ce chapitre tente de définir une forme de naturalisme compatible avec le projet de Husserl. Après avoir discuté des variétés du naturalisme et après avoir passé en revue les projets de naturalisation de la phénoménologie, ce chapitre examine les engagements philosophiques principaux du projet de Husserl et en tire la conclusion partielle que le père de la phénoménologie transcendantale rejetait quasiment toutes les variétés du naturalisme. Le premier chapitre tente ensuite de montrer qu'une variété minimaliste du naturalisme, que j'appelle le naturalisme méthodologique faible, est complémentaire au cadre posé par Husserl. M'inspirant de la proposition que fait Husserl d'une science de l'esprit et du corps vécu, qu'il appelle somatologie, je clos le premier chapitre avec la proposition qu'un ensemble de sciences, que j'appelle sciences de la constitution, seraient aptes à rendre compte des conditions empiriques dans lesquelles certaines unités de sens se constituent dans l'expérience vécue. Le second chapitre examine la question du rapprochement du point de vue inverse, à savoir celui de l'épistémologie naturalisée. Il étudie la question du psychologisme, c'est-à-dire de la pertinence de la psychologie pour l'épistémologie. Je procède d'abord à un bref examen de la situation historique entourant le psychologisme aux 19e et 20e siècles. Je me penche ensuite sur les variétés du psychologisme, reprenant les réflexions sur le naturalisme du chapitre précédent. Après avoir examiné un changement central dans l'épistémologie contemporaine et avoir défendu l'idée que cette épistémologie s'intéresse aux capacités épistémiques d'agents concrets (parmi d'autres objets d'études), je présente un argument pour un psychologisme faible. Je conclus le mémoire avec un constat d'échec : les domaines étudiés ne peuvent pas être rapprochés puisqu'ils partent de prémisses contradictoires. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : phénoménologie transcendantale, épistémologie naturaliste, science cognitive, naturalisme, psychologisme, naturalisation.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Poirier, Pierre
Mots-clés ou Sujets: Phénoménologie / Épistémologie / Naturalisme / Psychologisme
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de philosophie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 22 avr. 2016 17:16
Dernière modification: 22 avr. 2016 17:16
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8209

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...