La récurrence des difficultés américaines dans l'apprentissage de la contre-insurrection

Tourreille, Julien (2015). « La récurrence des difficultés américaines dans l'apprentissage de la contre-insurrection » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en science politique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (30MB)

Résumé

La contre-insurrection occupe une place considérable dans l'histoire des États-Unis, tant dans la consolidation de leur territoire que dans leur action sur la scène internationale. Le corps des fusiliers marins fut spécifiquement conçu et organisé, au moins jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale, pour la pratiquer. L'armée de terre, la composante la plus importante en termes d'effectifs des forces armées américaines, s'est par ailleurs trouvée plus souvent engagée dans des missions de contre-insurrection que dans des affrontements classiques contre des armées étatiques qui lui ressemble et pour lesquels elle demeure essentiellement préparée, organisée, entraînée et équipée. Malgré une vaste expérience de la contre-insurrection, c'est dans ce type particulier de conflit armé que les États-Unis ont connu leurs plus sérieuses difficultés. Aux Philippines, prises aux Espagnols à l'issue de la guerre de 1898, ils déployèrent sur la seule période allant de 1898 à 1902 un total de 126 468 soldats. 4 234 furent tués sans que l'archipel ne soit pour autant transformé en une « petite Amérique » dans le Pacifique. Au Vietnam, jusqu'à un demi-million de soldats furent mobilisés, 50 000 furent tués, sans que cela n'empêche le Sud de tomber aux mains du nord communiste en 1975. En Irak, jusqu'à 170 000 soldats ont été déployés; 4 488 ont été tués entre mars 2003 et décembre 2011. Or, Bagdad n'est pas aujourd'hui la capitale d'une démocratie rayonnante, paisible et prospère au cœur du Moyen-Orient. Comment donc expliquer ces difficultés américaines dans la contre-insurrection, et plus spécifiquement leur répétition à travers l'histoire comme l'illustrent ces trois cas? Majeure dans les études stratégiques aux États-Unis, cette question de recherche a donné lieu à une littérature foisonnante. L'explication dominante dans cette littérature est le désintérêt, l'aversion même, de l'institution militaire vis-à-vis de ce qu'elle qualifie péjorativement « d'opérations autres que la guerre ». Nous ne contesterons pas ici la pertinence de cette explication. L'originalité et l'apport de notre thèse résident dans l'identification de deux autres variables indépendantes en amont de explicatives : la sensibilité de l'opinion publique aux pertes et les préférences des décideurs politiques pour des moyens et des stratégies limitant les pertes. Nous soutiendrons donc la thèse suivante : en cherchant à contenir la sensibilité de l'opinion publique aux pertes, les décideurs politiques optent pour des stratégies militaires conventionnelles. Conformes à la culture dominante de l'institution militaire, celles-ci s'avèrent cependant inadaptées aux exigences et particularités de la contre-insurrection. Structuré autour de trois hypothèses, cette thèse multi-causale présente deux atouts majeurs. Elle permet d'une part d'expliquer la récurrence des difficultés américaines dans la contre-insurrection au cours de la période contemporaine, soit depuis le tournant du 20e siècle. D'autre part, elle propose un modèle dont les hypothèses et le potentiel prédictif pourront être testés à travers les trois études de cas retenues ici, ou en choisissant d'autres et même à s'intéressant à l'expérience de la contre-insurrection de pays autres que les États-Unis. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : politique étrangère des États-Unis, politique de défense des États-Unis, contre-insurrection, guerre des Philippines, guerre du Vietnam, guerre d'Irak.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: David, Charles-Philippe
Mots-clés ou Sujets: États-Unis / Relations extérieures / Politique militaire / Contre-rébellion / Philippines -- Histoire -- 1899-1902 (Guerre philippino-américaine) / Guerre du Viêt-nam, 1961-1975 / Guerre en Irak, 2003-2011
Unité d'appartenance: Faculté de science politique et de droit > Département de science politique
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 03 mai 2016 19:10
Dernière modification: 03 mai 2016 19:10
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8393

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...