Facteurs de risque influençant la victimisation physique et psychologique dans les fréquentations amoureuses chez des jeunes femmes et des jeunes hommes : une étude longitudinale

Boissonneault, Michèle (2016). « Facteurs de risque influençant la victimisation physique et psychologique dans les fréquentations amoureuses chez des jeunes femmes et des jeunes hommes : une étude longitudinale » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB)

Résumé

Les fréquentations amoureuses constituent une partie importante du développement des jeunes adultes. Or, les expériences amoureuses vécues à l'adolescence et au début de l'âge adulte sont parfois teintées de violence ; chez les jeunes de 16 à 24 ans, la VFA (victimisation dans les fréquentations amoureuses) serait l'une des formes de violence la plus présente (Oison, Rickert & Davidson, 2004). Les conséquences de ce phénomène sont importantes, notamment en raison de son potentiel pour modeler les interactions futures (Pflieger & Vazsonyi, 2006). Il est donc important de mieux comprendre la VFA, notamment en ce qui concerne ses facteurs de risque. Pour ce faire, des études longitudinales sont nécessaires. Plus encore, il est nécessaire de s'attarder à différents types de victimisation ainsi qu'aux deux genres. Cette étude vise à mieux comprendre les facteurs de risque de deux types de victimisation dans les fréquentations amoureuses (physique et psychologique) chez de jeunes femmes (N = 189, moyenne 17.3 ans) et de jeunes hommes (N = 132, moyenne 17.3 ans). Les 22 facteurs de risque ont été choisis à partir d'un modèle théorique, soit le modèle de la violence interpersonnelle de Riggs et O'Leary (1989), en ajoutant des variables selon les liens empiriques recensés dans les écrits. Ils ont été séparés en fonction du modèle, soit des variables antécédentes, qui prédisposent la personne à être victime de violence, et des variables situationnelles, qui augmentent le risque de violence dans une situation précise. La méthodologie longitudinale utilise deux temps de mesure pour les jeunes femmes (la VFA étant mesurée une année après les facteurs de risque) et trois temps de mesure pour les jeunes hommes (la VFA étant mesurée entre deux et trois années après les facteurs de risque). Des analyses de régressions hiérarchiques ont été utilisées afin d'identifier les facteurs de risque qui prédisent le mieux chaque type de VFA pour chaque genre. Pour les jeunes femmes, la VFA physique est prédite d'abord par la consommation de drogues et d'alcool, et cette relation est maintenue à l'ajout des variables antécédentes. Parmi celles-ci, les antécédents de VFA physique augmentent de 7.5 fois le risque d'être victime, et un fort contrôle familial ajoute à l'explication. Pour la VFA psychologique, aucune variable situationnelle n'est significative. Toutefois, parmi les variables antécédentes, les antécédents de VFA psychologique augmentent de 4.3 fois le risque, et une moins bonne organisation familiale ajoute à l'explication. L'influence des comportements délinquants est relevée, sans que la variable n'atteigne le seuil de signification. Pour les jeunes hommes, la VFA physique est prédite d'abord par la consommation de drogues et d'alcool, toutefois la relation disparaît lorsque les variables antécédentes sont considérées. Parmi celles-ci, avoir été témoin de violence conjugale où le père était victime et présenter un fort niveau de symptômes anxieux prédisent la VFA physique. Les comportements délinquants atteignent presque le niveau de signification. Finalement, la VFA psychologique chez les jeunes hommes est prédite par la consommation de drogues et d'alcool, de même que par une moins bonne expression des sentiments à l'intérieur du milieu familial. L'étude démontre que la VFA physique et la VFA psychologique se distinguent en termes de facteurs de risque, de même que dans leur présentation chez les deux genres. Il est donc nécessaire de les étudier en tenant compte de leurs spécificités. Les résultats mettent également en lumière différentes implications en ce qui concerne la prévention, notamment en regard de l'importance des expériences antécédentes de VFA. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : victimisation physique, victimisation psychologique, fréquentations amoureuses, facteurs de risque, jeunes adultes

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: L'essai a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Marcotte, Diane
Mots-clés ou Sujets: Violence dans les fréquentations -- Études longitudinales / Violence entre partenaires / Victimisation -- Facteurs de risque / Victimes de violence / Victimes de violence psychologique / Jeunes femmes / Jeunes hommes
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 mai 2016 15:10
Dernière modification: 18 mai 2016 15:10
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8469

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...