Histoire de maltraitance, symptômes de stress post-traumatique et de dépression chez les femmes ayant recours aux services de maisons d'hébergement : la contribution de l'alexithymie

Carrier, Hélène (2015). « Histoire de maltraitance, symptômes de stress post-traumatique et de dépression chez les femmes ayant recours aux services de maisons d'hébergement : la contribution de l'alexithymie » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en sexologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (10MB)

Résumé

La maltraitance à l'enfance accroît le risque de revictimisation à l'âge adulte et entraîne d'importantes conséquences psychologiques pouvant être amplifiées par des traumas ultérieurs. Or, peu d'études ont documenté l'histoire de maltraitance d'une population ayant subi des traumas chroniques et sévères, telle que les femmes en maison d'hébergement. Chez cette population, un historique de maltraitance pourrait aggraver les impacts psychologiques de la violence par le partenaire. Certains mécanismes, comme la capacité à identifier et à exprimer ses émotions, pourraient expliquer cette relation. Le présent mémoire a pour objectif de documenter le rôle médiateur de l'alexithymie dans la relation entre les différentes formes de maltraitance (abus physique, abus émotionnel, abus sexuel et négligence) et les symptômes de stress post-traumatique et de dépression chez les femmes ayant recours aux services de maisons d'hébergement. Pour ce faire, 152 femmes en maison d'hébergement ont répondu au Modified PTSD Symptom Scale (MPSS), au Beck Depression Inventory II (BDI-II), au Early Trauma Inventory Self Report-Short Form (ETISR-SF), au Revised Conflict Tactics Scales (CTS2) et au Toronto Alexithymia Scale (TAS-20). Les analyses de variance multivariée démontrent que le nombre de formes de maltraitance subies au cours de l'enfance est associé à une plus grande difficulté à identifier ses émotions et à des symptômes psychologiques plus sévères. Les régressions hiérarchiques démontrent que l'abus physique et l'abus sexuel sont associés à des symptômes de stress post-traumatique et de dépression plus élevés à l'âge adulte, au-delà des effets de la violence subie par le partenaire. L'effet de l'abus physique est médié par la difficulté à identifier ses émotions. Enfin, l'abus sexuel a un effet direct sur les symptômes psychologiques lorsque l'on tient compte de l'alexithymie. Cette forme de maltraitance présente une contribution unique et indépendante. Les résultats sont discutés à la lumière de l'impact de la maltraitance sur les processus de régulation et les symptômes psychologiques chez les femmes en maison d'hébergement. Les implications sur le plan de la recherche, de la clinique et de l'intervention sexologique sont également discutées. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Maltraitance à l'enfance, femmes en maison d'hébergement, revictimisation, symptômes psychologiques, alexithymie

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Boucher, Sophie
Mots-clés ou Sujets: Violence envers les enfants / Enfants maltraités devenus adultes / Femmes -- Santé mentale / Dépression chez la femme / État de stress post-traumatique / Maisons d'hébergement pour femmes / Victimisation / Alexithymie
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de sexologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 07 juin 2016 13:07
Dernière modification: 07 juin 2016 13:07
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8558

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...