Métro, quartiers, ville : étude de quelques dimensions de l'expérience quotidienne de Montréal au travers du concept foucaldien de pouvoir

Garnier, Julien (2016). « Métro, quartiers, ville : étude de quelques dimensions de l'expérience quotidienne de Montréal au travers du concept foucaldien de pouvoir » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en sociologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (21MB)

Résumé

Ce travail vise à interroger l'urbanité quotidienne dans le cadre d'une réflexion sur la ville contemporaine. Il s'agit de tenter de définir dans quelle mesure le pouvoir, tel que Michel Foucault entend cette notion, constitue une dimension de cette urbanité quotidienne. Plus précisément, cette thèse propose d'essayer de saisir la constitution par le pouvoir de cette expérience spécifique, à la fois dans le cadre du métro mais également dans le cadre de la Ville de Montréal. Nous allons ainsi interroger le métro de Montréal et l'expérience plus générale de la ville qu'il sous-entend, au prisme des modalités du pouvoir (juridico-légales, disciplinaires, biopolitiques ou sécuritaires) et au travers d'enquêtes réalisées dans divers services de la Ville de Montréal (archives de la société de transport de Montréal, archives de la mairie de Montréal). L'expérience du métro de Montréal semble en effet identifiable dans l'hétérogénéité du champ stratégique constitué par les relations de pouvoir caractérisant la Ville de Montréal. Car si le métro de Montréal présuppose des relations de pouvoir qui lui sont propres, visant à accorder les usages divers se déroulant dans les stations à sa finalité instituée par son administration, il apparaît que la constitution du métro, en tant que dispositif de pouvoir, relève également d'autres pans de l'histoire de la ville, notamment l'histoire de l'institutionnalisation d'une conception spécifique de la sécurité et l'institutionnalisation de formes définies des conditions de la mobilité et de l'immobilité autorisées à l'échelle de la ville. De sorte que l'expérience du métro, en tant qu'expérience du pouvoir, apparaît s'insérer plus largement dans une expérience du pouvoir situable à l'échelle de la Ville de Montréal. La réalité du pouvoir dans le métro de Montréal, autant à son niveau institutionnel qu'au niveau de sa pratique, semble ainsi appréhendable comme le fruit d'un processus complexe délimitant la réalité spécifique d'une gouvernementalité repérable en et hors de lui-même. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : métro, ville, gouvernementalité, mobilité, quotidienneté, sécurité.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Côté, Jean-François
Mots-clés ou Sujets: Vie urbaine -- Montréal / Vie quotidienne / Villes / Métros / Sécurité urbaine / Tandem Montréal (Programme) / Pouvoir (Sciences sociales) / Foucault, Michel
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de sociologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 07 juin 2016 12:41
Dernière modification: 07 juin 2016 12:41
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8582

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...