Comportement trophique d'un hétéroptère zoophytophage : la punaise de la molène en vergers de pommiers

Aubry, Olivier (2016). « Comportement trophique d'un hétéroptère zoophytophage : la punaise de la molène en vergers de pommiers » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en biologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (17MB)

Résumé

L'omnivorie trophique est définie par la capacité d'un organisme à se nourrir à plus d'un niveau trophique. Par exemple, la prédation intraguilde (quand un organisme dévore un compétiteur) est une forme d'omnivorie trophique. L'omnivorie véritable (un cas particulier d'omnivorie trophique) se caractérise par la capacité à consommer à la fois des ressources végétales et animales, notamment au même stade de développement. Selon chaque espèce (ou stade de développement), on peut alors distinguer la zoophytophagie qui reflète la prévalence de la zoophagie, et la phytozoophagie qui reflète la prévalence de la phytophagie. Dans les vergers de pommiers, la punaise de la molène Campylomma verbasci (Meyer-Dür) (Hemiptera : Miridae) est un insecte omnivore zoophytophage qui peut être considéré comme un ravageur ou comme un insecte bénéfique. Du point de vue ravageur, ses piqûres de nutrition sur les fleurs et les jeunes pommes en développement peuvent entraîner la formation de dégâts et de malformations pouvant aller jusqu'au déclassement de la valeur économique des fruits. Du point de vue bénéfique, ce miride est un important prédateur de nombreux arthropodes ravageurs, tel que les acariens phytophages, les psylles et les pucerons. La punaise de la molène est donc un modèle particulièrement intéressant pour étudier non seulement les aspects fondamentaux de l'omnivorie et des interactions biologiques, mais également d'un point de vue appliqué les aspects liés à son statut ravageur/bénéfique en vergers. Le système biologique étudié est donc constitué de C. verbasci, de proies extraguildes (Tetranychidae et Aphididae), de prédateurs intraguildes (Coccinellidae), ainsi que des hôtes végétaux (pommier et molène). Le premier volet de cette étude visait à 1) étudier la valeur de différentes diètes végétales, animales et mixtes sur le développement et la survie de la punaise de la molène, ainsi que 2) d'évaluer si la qualité des ressources change selon le stade larvaire considéré. Nos résultats ont montré que la diète d'élevage (pucerons vivants, feuilles de pomme de terre, œufs de lépidoptères et pollen) constitue une diète de haute qualité (70% d'adultes, temps de développement court, adultes de grande taille). Les diètes de qualité moyenne sont constituées de pomme + pollen ou d'œufs de lépidoptères. Les diètes de faible qualité ont permis le développement de moins de 35% d'adultes avec un temps de développement long. Les diètes inappropriées n'ont pas permis le développement jusqu'au stade adulte. Au stade 3, les pommes Délicieuse rouge ont permis le développement de 10% d'adultes, alors que les pommes Honeycrisp n'ont pas permis le développement d'adultes. Les pommes n'ont pas permis le développement d'adultes à partir du stade 1, quel que soit le cultivar. Les pommes dont l'intégrité avait été altérée (pommes piquées ou coupées) n'ont pas non plus permis le développement d'adultes. Le second volet étudiait l'influence du cultivar, de la taille des fruits et du stade larvaire de la punaise sur la phytophagie de la punaise de la molène. La phytophagie était évaluée par l'observation des piqûres de nutrition en laboratoire et par les dommages aux fruits en vergers. Le cultivar Délicieuse rouge était plus souvent piqué en laboratoire que les autres cultivars et contenait plus de dommages aux fruits. Les jeunes pommes de moins de 10 mm étaient significativement plus piquées en laboratoire que les plus gros fruits. Dans la littérature, les dommages sont rapportés comme étant plus importants lorsque la punaise pique les fruits entre la floraison et jusqu'à ce que les fruits atteignent 10 mm. En laboratoire, les larves de stade 5 piquaient plus souvent les pommes que les jeunes stades, mais aucune différence dans le nombre de dommages n'a été observée. Le troisième volet avait pour objectif d'étudier l'influence des proies extraguildes et des prédateurs intraguildes sur la phytophagie de la punaise de la molène. La phytophagie était évaluée par l'observation des piqûres de nutrition en laboratoire et par le suivi des dommages aux fruits en vergers. Nos résultats confirment que la présence de proies extraguildes (pucerons et tétranyques) réduit de façon importante la phytophagie de C. verbasci (piqûres de nutrition et dommages). Par contre, nos résultats confirment seulement partiellement que la présence de prédateurs intraguildes réduit la phytophagie. En effet, les piqûres de nutrition en laboratoire sont réduites en présence de certaines espèces de prédateurs, tandis que les dommages ne sont jamais réduits sur le terrain. L'ensemble des résultats a permis l'élaboration d'une charte de gestion de la punaise de la molène à l'intention des agronomes et des producteurs agricoles. Cette charte pourrait constituer un outil de diagnostic efficace pour évaluer les seuils d'intervention, afin d'optimiser les traitements lorsque cet insecte est considéré comme un ravageur, tout en le conservant quand il agit comme prédateur bénéfique. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Miridae, Tetranychidae, Aphididae, Coccinellidae, omnivorie trophique, omnivorie véritable, prédation intraguilde, zoophytophagie, phytozoophagie, développement, nutrition, relation trophique, diète

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Lucas, Éric
Mots-clés ou Sujets: Omnivorie trophique / Phytophages (Insectes) / Punaise de la molène -- Alimentation / Punaise de la molène -- Développement / Miridés / Tétranychidés / Aphididés / Coccinelles / Insectes utiles / Insectes nuisibles / Pommier / Vergers / Québec (Province)
Unité d'appartenance: Faculté des sciences > Département des sciences biologiques
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 17 juin 2016 14:49
Dernière modification: 17 juin 2016 14:49
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8624

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...