Les interactions au quotidien en institution : une observation directe auprès des personnes âgées présentant des troubles cognitifs

Lambert, Josée (2016). « Les interactions au quotidien en institution : une observation directe auprès des personnes âgées présentant des troubles cognitifs » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en travail social.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB)

Résumé

Dans l'histoire de l'institutionnalisation des personnes âgées au Québec et de son humanisation, l'approche milieu de vie s'est imposée dès le début des années 2000. Se voulant en continuité avec le domicile et centrée sur les besoins de la personne, cette approche a été le sujet de nombreuses études qualitatives en sciences humaines. Ces recherches ont fait entendre la voix des résidents (Charpentier et Soulières, 2007; Bickerstaff, 2003) et nous ont donné un accès privilégié à leur univers. Ces études ont également révélé certaines difficultés d'ordre méthodologique, dont celle de donner la parole aux personnes présentant des troubles cognitifs. En continuité avec ces recherches, la présente étude vise à faire entendre la voix de ces personnes. Pour ce faire, l'interactionnisme symbolique comme cadre théorique et l'interaction comme concept-clé nous ont permis d'inclure les personnes présentant des troubles cognitifs comme acteur au sein de leur milieu de vie. Conséquemment, nous avons opté pour une méthodologie de recherche par observation directe des interactions les mettant en relation avec les autres personnes : membres du personnel, autres résidents et membres de leur famille. Des 23 semaines d'observation sur le terrain, 119 interactions ont été retenues pour notre analyse. Ces interactions constituent notre corpus de données et ont été classifiées en trois grandes catégories, soit : 1) l'institution, ses normes et les effets sur soi; 2) l'inclusion, l'exclusion et les liens avec les autres; et 3) la mise à l'épreuve et le maintien de l'identité comme continuité de soi. Les résultats présentés sont riches d'enseignement sur les interactions sociales des personnes présentant des troubles cognitifs. Plus particulièrement, ils mettent en évidence l'importance qu'occupent les relations amicales dans leur vie quotidienne et dans le maintien de leurs habiletés et de leur identité, dont la continuité avec soi. L'étude nous informe aussi sur les relations que nous entretenons avec les personnes présentant des troubles cognitifs, lesquelles sont souvent axées sur une mise à l'épreuve de leurs capacités cognitives. Après quelques réflexions théoriques et méthodologiques, la discussion porte sur la dynamique des interactions entre les acteurs au sein de l'institution et s'attarde, entre autres, sur la perception que nous avons des personnes présentant des troubles cognitifs. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : troubles cognitifs, institutionnalisation, milieu de vie, personnes âgées, interaction sociale, observation directe, interactionnisme.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Charpentier, Michèle
Mots-clés ou Sujets: Troubles de la cognition chez la personne âgée / Personnes âgées -- Soins en institutions / Interaction sociale / Interaction (Philosophie) / Foyers pour personnes âgées
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > École de travail social
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 07 juill. 2016 18:55
Dernière modification: 07 juill. 2016 18:55
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8681

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...