Les répercussions politiques et idéologiques de la fictionnalisation du débat sur la légitimité d'Israël dans Operation Shylock : A Confession, de Philip Roth

Bedek, Marielle (2016). « Les répercussions politiques et idéologiques de la fictionnalisation du débat sur la légitimité d'Israël dans Operation Shylock : A Confession, de Philip Roth » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB)

Résumé

Présenté comme une autobiographie dans sa préface, le roman de Philip Roth Operation Shylock : A Confession se clôt finalement par l'aveu de sa fictionnalité. À partir de cette contradiction péritextuelle des pactes romanesques, Philip Roth bâtit une intrigue qui oscille entre plusieurs éléments de référentialité (personnes réelles, faits historiques et contemporains attestés, situation politique en Israël) et des événements et personnages inventés (le Doppelganger du narrateur Philip Roth, notamment), installant par là même une vraisemblance rapidement mise à mal. Dans ce contexte narratif s'inscrit un débat politique, posant la question de la légitimité de l'État d'Israël et s'interrogeant plus généralement sur le conflit israélo-palestinien. En s'appuyant sur les théories de l'autobiographie et de l'autofiction, le mémoire montre comment le cadre fictionnel détermine la possibilité de recevoir le débat politique comme sérieux, porteur d'arguments transmettant des valeurs, et ce malgré le fait que les énoncés d'un roman se définissent par leur non-sérieux. De la difficulté à déterminer le positionnement du roman sur l'axe fiction/référentialité, il ressort que l'opacification et le brouillage des frontières rend toute classification générique peu satisfaisante, ce qui contribue à faire d'Operation Shylock une œuvre postmoderniste. Cela étant posé, l'étude s'intéresse à l'une des caractéristiques de la postmodernité, qui offre au sein de la fiction une réflexion théorique et critique, pour en mettre au jour sa réalisation dans le roman, permettant ainsi de juger de la portée sérieuse de celui-ci. La théorie ségrégationniste est ensuite mise à profit pour effectuer une lecture politique du roman, afin d'en faire ressortir les discours essayistiques. Le dialogisme du roman montre comment la polyphonie, si elle permet de faire entendre un large spectre d'opinions politiques, est infléchie par la mise en scène fictionnelle. Pour en faire la démonstration, l'étude s'appuie sur une analyse des discours du roman, qui pointe l'autorité sur laquelle s'appuie l'orchestration du débat par le narrateur, et les inflexions énonciatives donnant lieu à la reconduction de stéréotypes, tant par les caractéristiques des personnages que par la mise en relief d'arguments caricaturaux qui valorisent une vision anti-pastorale du conflit servant à justifier la violence d'Israël et remettant en question la cause palestinienne comme étant une « mythologie ». ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Philip Roth, autobiographie, fiction, référentialité, autofiction, postmodernité, engagement, politique, idéologique, sociocritique, Israël, Palestine, Operation Shylock : A Confession

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Dion, Robert
Mots-clés ou Sujets: Roth, Philip -- Critique et interprétation / Operation Shylock : A Confession / Romans / Roman autobiographique / Postmodernisme / Politique et littérature / Israël dans la littérature / Conflit israélo-arabe
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 28 juill. 2016 15:44
Dernière modification: 28 juill. 2016 15:44
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8734

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...