L'analyse du discours environnemental autochtone et la critique du développement durable dans le nord du Québec

Weigel, Claudia (2016). « L'analyse du discours environnemental autochtone et la critique du développement durable dans le nord du Québec » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en sciences de l'environnement.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (11MB)

Résumé

En 2011, le gouvernement du Québec a annoncé le Plan Nord, un programme stratégique axé sur le développement durable dont le but est de développer le nord du Québec. 27% de la population du territoire visé pour le développement est autochtone et les autochtones sont prudents à l'égard du Plan Nord. Interpelée par cette situation, cette recherche a deux buts : décrire et structurer le discours environnemental autochtone, pour mieux comprendre leurs perspectives sur les enjeux environnementaux et sur les projets de développement économique au nord du Québec; dans un deuxième temps, sur la base de ce discours, de développer une critique culturelle du concept du développement durable tel qu'interprété par le gouvernement du Québec. La base théorique de la recherche est la supposition que la réalité est une construction sociale et que les évènements discursifs influencent ces structures. L'analyse du discours critique sert ainsi comme méthodologie parce qu'elle permet de concevoir le discours de la durabilité et de l'environnement comme des notions contestées qui sont néanmoins la base des actions gouvernementales. Les documents écrits et audiovisuels ont été analysés selon la méthodologie de la catégorisation qui est développée dans l'approche de la théorisation ancrée (« grounded theory »). L'analyse a montré que le discours des autochtones affectés est assez homogène et que ce discours se distingue des autres discours environnementaux, notamment de celui de la durabilité appliqué par le gouvernement québécois. Le territoire, et non l'économie, est au cœur du discours des autochtones. Ils cherchent à protéger le territoire, car ils le perçoivent comme la base pour leur survie physique, économique et culturelle. À cause de l'histoire et la situation actuelle à l'égard des relations avec les allochtones, la lutte juridique fait partie intégrale de leur discours. Pour eux, le terme « développement » n'est pas relié au progrès, mais au changement. Leur compréhension de la durabilité est fondée dans le concept des sept générations et le concept que le territoire est juste emprunté aux générations futures. En conséquence, un développement du secteur minier comme proposé par le gouvernement est, ainsi, pour les autochtones incompatible avec le développement durable. En résumé, le discours environnemental des autochtones est plus écocentrique contrairement au discours du développement durable qui est anthropocentrique. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : sociologie de l'environnement, analyse de discours, autochtones, Plan Nord, développement nordique, discours environnemental, théorisation ancrée, développement durable, Québec, écocentrisme, anthropocentrisme

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Audet, René
Mots-clés ou Sujets: Plan Nord (Québec) / Développement économique -- Nord-du-Québec / Développement durable / Environnement / Autochtones -- Québec (Province) / Analyse du discours / Théorie ancrée
Unité d'appartenance: Instituts > Institut des sciences de l'environnement (ISE)
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 06 sept. 2016 18:28
Dernière modification: 06 sept. 2016 18:28
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8791

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...