Description des structures de représentation corporelle en langue des signes québécoise chez des locuteurs sourds langue première et langue seconde

Saunders, Darren (2016). « Description des structures de représentation corporelle en langue des signes québécoise chez des locuteurs sourds langue première et langue seconde » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en linguistique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (9MB)

Résumé

Ce mémoire porte sur la description des structures de représentation corporelle en LSQ, structures qui sont comparables au discours direct en langues orales. Nous nous penchons sur la fréquence d'utilisation de ces structures chez trois groupes de locuteurs sourds de la langue des signes québécoise (LSQ) : des locuteurs natifs de la LSQ (L1) et des locuteurs non natifs de la LSQ (L2), pour qui la L1 partage la modalité gestuelle (l'American Sign Language (ASL)) ou est de modalité différente (le français). D'abord, ce mémoire pose le problème de la description des structures de représentation corporelle, par lesquelles un locuteur peut citer les propos, les actions, les gestes ou les pensées d'autrui (chapitre I). Ce problème se scinde en deux questions, à savoir i) quelles sont les particularités descriptives de ces structures en langue des signes québécoise? et ii) quelle est l'influence de facteurs internes (forme, fonction, nature et marqueur de la structure) et externes (statut de L1 ou L2 du locuteur et modalité de la L2) sur la fréquence d'utilisation de ces structures en LSQ. Ensuite, une analyse critique des travaux antérieurs sur le concept de discours direct dans les langues et sur la description du phénomène de changement de perspective dans les langues des signes a permis de préciser leurs particularités théoriques et descriptives des facteurs étudiés (chapitre II) et ainsi de justifier les choix expérimentaux (chapitre III). Ceux-ci ont à leur tour permis l'analyse descriptive et quantitative (tests du X2 et du modèle de régression à effets mixtes) de la fréquence d'utilisation des structures de représentation corporelle dans 36 discours élicités à partir de deux types de stimulus (emphatique et factuel) chez trois groupes de signeurs (n=9). Enfin, les résultats (chapitre IV) de cette analyse de fréquence ont notamment montré qu'il existe une différence significative entre les locuteurs L1 et les L2, peu importe la proximité linguistique entre les langues de même modalité. Cette différence disparaît cependant entre les locuteurs L1 et L2 de même modalité si on distingue les types de récits (emphatiques vs factuel). ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : langue des signes québécoise, représentation corporelle, discours direct, langue seconde

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Parisot, Anne-Marie
Mots-clés ou Sujets: Langue des signes québécoise -- Syntaxe / Langue des signes québécoise -- Analyse du discours / Bilinguisme / Corps humain et langage
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de linguistique
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 13 sept. 2016 13:46
Dernière modification: 13 sept. 2016 13:46
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8839

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...