Le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) : une communauté épistémique?

Brousseau, Annick (2016). « Le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) : une communauté épistémique? » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en science politique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Les changements climatiques représentent un défi majeur auquel est désormais confrontée la communauté internationale. La dimension globale de la question climatique, les effets potentiellement catastrophiques engendrés par l'évolution du climat et la complexité de la problématique exigent une compréhension approfondie de l'ensemble des aspects qui conditionnent le climat et une véritable coopération multilatérale. Le fait que les décideurs possèdent des connaissances généralement limitées en matière de changements climatiques les oblige à recourir à des experts dans les domaines concernés afin de bénéficier de nouveaux savoirs leur permettant de prendre des décisions éclairées. À cet égard, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) représente la principale source d'informations scientifiques en lien avec la problématique climatique au niveau international, en plus d'être la référence mondiale en ce qui a trait aux prévisions scientifiques liées à l'évolution du climat. C'est ce qui fait en sorte que le GIEC est souvent décrit comme une « communauté épistémique » dominante en matière de changements climatiques. Une communauté épistémique est définie comme un réseau de professionnels dont l'expertise permet de jouer un rôle dans l'élaboration des politiques publiques. Or à notre connaissance, aucune analyse n'a encore empiriquement démontré que cet organisme représente bel et bien une « communauté épistémique ». Le présent mémoire de maîtrise s'appuie sur le modèle de la « communauté épistémique » développé par Peter M. Haas et propose une opérationnalisation approfondie de ce concept à l'aide de la notion de cadrage de Robert M. Entman. Les résultats de notre analyse montrent que le discours du GIEC illustré par les résumés à l'intention des décideurs issus des Rapports d'évaluation de 2007 et 2014 révèlent l'existence de trois communautés épistémiques circonscrites par les différents groupes de travail dont il est composé. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Changements climatiques, communauté épistémique, GIEC, expertise scientifique, cadrage

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Gosselin, Tania
Mots-clés ou Sujets: Climat -- Changements / Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat -- Influence / Communauté épistémique / Experts / Spécialistes / Consensus (Sciences sociales)
Unité d'appartenance: Faculté de science politique et de droit > Département de science politique
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 20 sept. 2016 19:03
Dernière modification: 20 sept. 2016 19:03
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8875

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...