Avant l'empire du pixel : la convergence du graphique et du photographique dans l'image filmique : le cas hollywoodien

Beaulac, Mario (2016). « Avant l'empire du pixel : la convergence du graphique et du photographique dans l'image filmique : le cas hollywoodien » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en communication.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (6MB)

Résumé

Cette recherche porte sur la convergence du graphique et du photographique dans l'image filmique, plus spécifiquement dans le long métrage de fiction hollywoodien de 1925 à 1993. En raison de besoins multiples, de nature économique, industrielle, technique, esthétique ou narrative, cette cinématographie a tôt fait de recourir à l'image graphique pour suppléer aux capacités de l'image à base photographique et élargir ainsi sa palette expressive. Cette pratique a ouvert la voie à la création d'images composites ou hybrides, dont la part graphique oscille entre la discrétion et l'ostentation, selon le rôle dévolu à ce type d'image dans le cadre d'un film donné. Plus d'une vingtaine de longs métrages sont examinés à cet effet, partant de la résurrection de dinosaures de The Lost World (1925) à celle de Jurassic Park (1993). Pour passer d'un rôle de soutien statique au plein dynamisme de l'image en mouvement (apparent), la part graphique emprunte aux procédés de l'animation dessinée, notamment les dispositifs scéniques sous forme de couches ou plaques bidimensionnelles, ce qui autorise des effets de profondeur par simulation des pans internes d'un espace profilmique. Des branches spécialisées du domaine des effets spéciaux interviennent aussi dans ce façonnage de l'image filmique, où sont mis à profit des procédés optiques (projection avant ou arrière, tireuse optique, filtration lumineuse, etc.). La direction artistique infléchit également cette mise en forme en la mettant au service d'un projet global, le film. C'est toutefois par une tout autre filière technique qu'une pleine convergence devient toutefois possible vers le terme de la période examinée : l'informatique s'infiltre lentement dans la production cinématographique, jusqu'à intervenir dans la matérialité des deux types d'images, graphique et photographique, pour en faciliter les permutations formelles. Un débat tenace en études cinématographiques veut que le numérique change alors totalement la nature de l'image filmique, qui y perd son rapport ontologique privilégié avec le réel, ce qui est censé créer une sorte d'équivalence entre tous les types d'images sollicités par le cinéma. Nous optons plutôt pour notre part pour une continuité modulée de ce rapport, en revenant aux sources du statut indiciel accordé au photographique dans la perspective sémiotique de Charles S. Peirce, perspective souvent mal comprise ou insuffisamment étoffée pour les besoins de ce débat. La notion d'indicialité en ressort élargie et applicable à d'autres aspects de l'image filmique contemporaine. Pour démontrer les continuités d'inspiration et les efforts dévolus à faire converger graphique et photographique sur la longue période retenue, une synthèse historique et technique substantielle précède nos analyses filmiques. Ceci permet d'accéder aux coulisses de la création de ces images filmiques et d'en contextualiser l'émergence dans le cadre d'un Hollywood mouvant et préoccupé autant d'innovation que de continuité. Bien que cette étude se penche sur la période qui précède le tout numérique, « l'empire du pixel », elle jette la lumière sur les travaux du laboratoire des effets spéciaux et du développement de l'informatique graphique qui ont jalonné l'apparition de nouveaux « possibles filmiques », dont le cinéma contemporain est largement héritier. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : cinéma, image filmique, sémiotique, Charles S. Peirce, effets spéciaux, animation, indicialité, graphique, photographique, Hollywood.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Saouter, Catherine
Mots-clés ou Sujets: Cinéma / Traitement d'images / Images composites / Réalisme au cinéma / Effets spéciaux / Animation (Cinéma) / Sémiotique et cinéma / Peirce, Charles S. / Hollywood
Unité d'appartenance: Faculté de communication
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 03 oct. 2016 18:50
Dernière modification: 03 oct. 2016 18:50
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8887

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...