Viabilité environnementale et sociale d'un projet d'agroécologie prenant place dans des communautés rurales de l'Amazonie brésilienne

Béliveau, Annie (2016). « Viabilité environnementale et sociale d'un projet d'agroécologie prenant place dans des communautés rurales de l'Amazonie brésilienne » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en sciences de l'environnement.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (34MB)

Résumé

Dans les régions rurales de l'Amazonie brésilienne, l'augmentation de la présence humaine s'accompagne d'une intensification du déboisement pour des fins agricoles, causant la dégradation des sols et des cours d'eau. L'agriculture traditionnelle sur brûlis a aussi des impacts sur la santé humaine, étant notamment associée à l'exposition au mercure (Hg) et à la maladie de Chagas, deux problèmes de santé environnementale affectant la qualité de vie des populations. Dans ce contexte et dans le cadre du projet Poor Land Use, Poor Health (PLUPH) – s'intéressant aux relations entre usage de la terre et santé humaine –, des systèmes agroécologiques ont été implantés in situ dans des fermes familiales locales afin d'expérimenter si ce modèle d'agriculture alternatif peut contribuer à limiter la mobilité du Hg naturel des sols et constituer une barrière biologique à la dispersion des triatomines causant la maladie de Chagas, tout en procurant des bénéfices alimentaires et économiques pour les participants. S'insérant dans ce vaste projet, la présente thèse vise à évaluer si de tels systèmes constituent une alternative prometteuse aux cultures sur brûlis pour les populations locales, d'un point de vue environnemental et social. L'intervention étudiée prend place dans trois villages de la région du Tapajós, dans l'État du Para au Brésil. Les systèmes expérimentaux étudiés ont été conçus sur la base des considérations scientifiques et techniques (caractéristiques culturales et nutritionnelles des espèces, disponibilité des semences, etc.) ainsi que sur les perceptions des communautés locales (intérêt général, marché, etc.). Trois types de systèmes agroécologiques représentant un gradient de complexité structurel et de composition ont été conçus : i) le système Bragantin (BR), composé de plantes de cycle court couramment cultivées par les agriculteurs de la région (manioc, riz, fèves et maïs) plantées en alternance ; ii) le consortium fruitier (CF), un système composé d'espèces fruitières et de plantes de cycle court, et (iii) le système multi-usages (MU), un système agroforestier plus complexe comprenant un mélange de plantes de cycle court, d'arbres fruitiers et d'espèces sylvicoles. Pour les deux derniers systèmes, des plantes indigènes de l'Amazonie (açai, andiroba, noix du Brésil, araza, corossol, pois doux et ananas) et d'espèces exotiques (mangue, orange, acérola et plantain) ont été sélectionnées. Ces trois types de systèmes sont permanents et sont basés sur un usage réduit du brûlis, et sont également entourés d'une bordure de légumineuses pouvant servir d'engrais vert, ce qui les distingue du type d'agriculture généralement pratiqué dans les fermes familiales de l'Amazonie. Les systèmes ont été implantés en 2009-2010 avec la collaboration des familles participantes. Parmi les espèces sélectionnées, l'andiroba et la noix du Brésil sont les mieux adaptées aux conditions locales et sont les plus recommandées pour des projets implantés dans des conditions similaires à celle de la présente étude. L'araza est également recommandable en raison de sa faible exigence de nutriments, alors que les acérolas et les orangers ont quant à eux des exigences supérieures et devraient être plantés de préférence sur des sols plus riches. Le faible taux de survie de l'açai et du corossolier indique toutefois que ces espèces sont davantage vulnérables et nécessitent des conditions favorables et un suivi régulier. Le projet étudié montre que le succès de systèmes agroécologiques implantés en contexte rudimentaire est influencé davantage par les facteurs climatiques, biotiques et humains que par les conditions édaphiques. Plus particulièrement, les faibles précipitations ont nui aux açais et aux orangers, les invasions de fourmis coupeuses de feuilles et de perceurs ont eu des impacts respectifs sur les manguiers et les corossoliers, alors que les productions d'ananas, de plantains et de pois doux été affectées par l'intrusion d'animaux sauvages et de bétail. Enfin, la préparation initiale et le maintien des sites ont également une influence majeure pour le succès des plantations. Les résultats valident l'efficacité des systèmes agroforestiers pour limiter la mobilité du Hg des sols, confirmant l'intérêt de ce type d'agriculture dans les régions les plus affectées par l'érosion. Les pertes de sol, de Hg et de cations mesurées dans un jeune système agroforestier se rapprochent de celles des forêts naturelles, alors que des niveaux d'érosion largement supérieurs sont observés dans le champ de cycle court. Cette réduction de l'érosion résulte principalement de l'effet protecteur de la couverture végétale du sol, et également de la présence de racines en développement. Les aspects humains (perceptions, savoirs, réalité socioéconomique, etc.) ont une importance cruciale quant à l'appropriation de projets d'intervention par les communautés participantes. Par exemple, cette étude révèle que les bénéfices des systèmes agroécologiques sont pour les participants de nature alimentaire et économique, ce qui contraste avec les avantages mis de l'avant par le projet (c.-à-d. la santé environnementale), plutôt intangibles et moins prioritaires pour les populations locales. Pour les participants, l'apprentissage de nouvelles techniques (ex : préparation des semis, fertilisation, etc.) ainsi que la familiarisation avec des nouveaux produits et la rencontre avec l'équipe de recherche sont les principales retombées positives du projet. Or, les contraintes économiques, les priorités de santé, le peu de perspective de vente des produits, de même que des défis méthodologiques, logistiques et de communication ont toutefois un impact sur la mobilisation des participants. Cette étude réitère l'importance de l'intégration des perceptions locales, du partage des pouvoirs ainsi que de la prise en compte des savoirs complémentaires pour la réussite et la pérennité de tels projets d'intervention. Cette thèse offre un regard interdisciplinaire et écosystémique sur les défis et opportunités entourant la mise en œuvre et la pérennité de systèmes agroécologiques implantés in situ dans des fermes familiales de l'Amazonie rurale. Faisant ressortir la complexité des aspects biophysiques, socioéconomiques, historiques, culturels et politiques influençant l'adoption de telles pratiques dans un contexte de subsistance, cette étude confirme l'importance des projets visant à soutenir les agriculteurs familiaux dans leurs efforts vers des types d'agriculture complémentaires pouvant contribuer à réduire leur dépendance au brûlis. Cette thèse met également en lumière les réalités contrastées de la recherche et des communautés locales, de même que les contraintes limitant la réalisation de projets de recherche-action adaptés aux conditions locales et répondant aux besoins des populations. Réitérant la pertinence des approches interdisciplinaires et participatives dans la recherche, cette thèse rappelle la nécessité de repenser les modes de fonctionnement stratégique et de financement des projets afin de faciliter la conception et la mise en place d'interventions correspondant pleinement aux réalités et aux priorités des participants, et qui seront par conséquent plus viables sur les plans social et environnemental. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Agroforesterie, systèmes agroforestiers, pratiques agricoles, recherche-action, mercure des sols, érosion, facteurs affectant la croissance, perceptions, Amazonie.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Lucotte, Marc
Mots-clés ou Sujets: Agroforesterie / Systèmes agroforestiers / Sols -- Teneur en mercure / Sols -- Érosion / Agriculteurs -- Attitudes / Projets de développement agricole -- Aspect de l'environnement / Projets de développement agricole -- Aspect social / Brésil / Amazonie brésilienne
Unité d'appartenance: Instituts > Institut des sciences de l'environnement (ISE)
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 26 oct. 2016 19:43
Dernière modification: 26 oct. 2016 19:43
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/8965

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...