Là où fuit le monde en lumière ; suivi de Écrire le désir

Eliceiry, Rose (2016). « Là où fuit le monde en lumière ; suivi de Écrire le désir » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (924kB)

Résumé

Ce mémoire, composé d'un texte poétique et d'un essai réflexif, tente de rendre compte de l'expérience du désir comme moteur de l'écriture. Le premier volet, Là où fuit le monde en lumière, prend la forme d'un long poème subdivisé en plusieurs sections autonomes. Il témoigne de la progression d'un sujet investi dans une quête de présence. Usant de l'adresse lyrique et s'ancrant dans le mouvement d'une parole désirante, le sujet tente de rejoindre l'autre et de s'y prolonger, alors que tout autour de lui semble voler en éclat. Dans ce double mouvement – prolongement/morcèlement –, le désir devient salvateur puisqu'il crée une ouverture vers l'autre, cet horizon de lumière qui point dans la noirceur. Le désir, qu'il soit dirigé vers un être aimé, une nation, un pur espace, etc., pousse toujours le sujet à se projeter au dehors et ainsi à découvrir d'infinis possibles. Le deuxième volet de ce mémoire vise à comprendre comment cet élan vers l'extérieur se manifeste dans le poème et quelle importance prend son expression dans la construction d'un discours poétique. J'y présente, tout d'abord, une conception du désir basée sur la pensée de Spinoza et de Levinas; c'est-à-dire envisagé en tant qu'impulsion heureuse vers un dehors sans limite. Cette revue du concept de désir, qui constitue le premier chapitre, me permet ensuite de dégager les modalités d'une écriture désirante. Le deuxième chapitre se consacre ainsi à l'expression du désir dans la poésie lyrique moderne, alors que le troisième chapitre cherche plutôt à attester de la nécessité d'une écriture du désir dans le contexte de désenchantement actuel. Écrire le désir témoigne d'une prise de position en faveur d'une écriture sensible et infiniment tendue vers l'autre. M'appuyant sur les récentes recherches sur le lyrisme moderne, j'y affirme la puissance d'une écriture subjective et farouchement désirante. En effet, je crois que ce type d'écriture permet non seulement d'illimiter le monde, mais encore il lui redonne une portée affective en permettant un échange intersubjectif. Ce mémoire appartient nécessairement à son époque. Il répond à l'impératif de défendre notre humanité dans une société qui prône la performance au détriment de la sensibilité. Aussi, tant dans le volet poétique que dans la partie réflexive, il présente le désir comme force de résistance et tente de démontrer comment son expression s'avère essentielle, aujourd'hui plus que jamais, au maintien d'un monde habitable. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Poésie, Désir, Lyrisme, Subjectivité, Résistance

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Brassard, Denise
Mots-clés ou Sujets: Désir dans la littérature / Poésie lyrique / Lyrisme (Littérature) / Mémoires et thèses de création / Poésie
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 nov. 2016 18:48
Dernière modification: 18 nov. 2016 18:48
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/9095

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...