L'almanach de Mathieu Laensbergh : l'émergence d'une marque (XVIIe-XIXe siècles)

Dagenais, Simon (2016). « L'almanach de Mathieu Laensbergh : l'émergence d'une marque (XVIIe-XIXe siècles) » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en histoire.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (50MB)

Résumé

Cette thèse porte sur le Mathieu Laensbergh, ainsi que sur les reprises sous différentes formes de cet almanach de large circulation. Imprimé à Liège partir de 1636, le Mathieu Laensbergh développe une formule d'édition originale, différente des almanachs contemporains. Le Mathieu Laensbergh met l'accent sur l'astrologie judiciaire, dont les prédictions touchent les choses relatives aux humains, ainsi que sur la relation historique, qui relate les événements de l'année écoulée. La formule d'édition se compose aussi d'éléments de forme, qui sont durablement associés au Mathieu Laensbergh. Le format in 32° de l'almanach ainsi que les multiples gravures qui le composent sont cependant moins importants que l'astrologue fictif qui est présent sur la couverture de l'almanach par l'entremise de son nom, ainsi que d'une gravure le représentant. Le succès que rencontre le Mathieu Laensbergh incite différents imprimeurs à reprendre cette formule d'édition. Ces séries reprennent la majorité du contenu de la formule d'édition du Mathieu Laensbergh, mais l'adaptent pour un public différent. Publiée sous de fausses adresses, l'origine de la plupart de ces séries ne peut être établie. Cependant, l'une provient des Pays-Bas méridionaux et une autre de France. Contrairement aux autres modèles d'almanach de large circulation, plusieurs reprises du Mathieu Laensbergh ne reprennent que des éléments limités associés à cette formule d'édition. Il s'agit principalement d'éléments de forme, tels les gravures associées à cette formule d'édition ou le format de l'almanach lui-même. C'est cependant la figure de Mathieu Laensbergh qui est l'élément le plus repris par d'autres imprimés. Ceux-ci utilisent ces éléments du Mathieu Laensbergh qu'ils transposent sur d'autres modèles d'imprimés, principalement des almanachs, mais aussi des pronostications. La marque Mathieu Laensbergh est utilisée par des imprimeurs francophones, néerlandophones et germanophones. La période révolutionnaire et impériale bouleverse la principauté de Liège, qui, après une période d'instabilité, est annexée par la France en 1795. Ce changement de régime bouleverse le Mathieu Laensbergh, qui doit alors se soumettre aux règles de l'encadrement de l'imprimé de la République. Ce nouveau cadre légal limite la portée politique des prédictions d'astrologie judiciaire, tandis que le rédacteur choisit de supprimer la relation historique, le nouveau contexte politique rendant plus délicat la relation d'événements contemporains. Le rédacteur du Mathieu Laensbergh hésite sur la forme à donner à l'almanach à cette époque et modifie fréquemment sa matrice éditoriale. La marque Mathieu Laensbergh fleurit à la même époque et les imprimeurs délaissent le modèle du Mathieu Laensbergh. Un nouveau modèle émerge alors, celui du Liégeois. Ce modèle met l'accent sur le quotidien et le divertissement. Ces deux éléments prennent une place plus importante dans le Mathieu Laensbergh durant la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le rédacteur modifie la structure de la relation historique et de la section des prédictions pour intégrer ces éléments. La suppression de la relation historique et un réalignement des prédictions durant la décennie révolutionnaire réduit à néant ces transformations. La marque Mathieu Laensbergh connait un essor à la même époque et l'astrologue liégeois devient omniprésent dans des almanachs de tout genre. Sous l'Ancien Régime, le Mathieu Laensbergh est principalement associé aux prédictions qu'il contient et est jugé de manière très négative par les élites, qui l'associent au peuple. Cependant, Liège aux XVIIIe et XIXe siècles, puis la Belgique après 1830 considèrent plutôt Mathieu Laensbergh et ses almanachs comme un symbole local ou national. Cet almanach possède un lectorat local important au XVIIIe siècle, ce qui explique cette récupération. L'un des moyens pour le Mathieu Laensbergh de s'assurer une audience importante, consiste en une offre de différentes éditions de son almanach. Ainsi, le rédacteur comble à la fois les attentes de lecteurs qui s'intéressent strictement au contenu, ou qui utilisent plutôt l'almanach pour y écrire, ou qui veulent posséder un bel objet. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Mathieu Laensbergh, Almanach de Liège, almanach de large circulation, almanach, littérature populaire, culture populaire, Liège, Ancien Régime

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Bastien, Pascal
Mots-clés ou Sujets: Laensberg, Mathieu / Almanach de Liège -- Influence / Almanachs -- Édition / Analyse de contenu / Littérature populaire / Astrologie prédictive / Culture populaire
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département d'histoire
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 29 nov. 2016 18:55
Dernière modification: 29 nov. 2016 18:57
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/9111

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...