Comment expliquer les idées suicidaires chez les jeunes de 12 à 17 ans en populations scolaires et cliniques

Cournoyer, Marilou (2016). « Comment expliquer les idées suicidaires chez les jeunes de 12 à 17 ans en populations scolaires et cliniques » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (24MB)

Résumé

Cette thèse de doctorat porte sur l'examen des variables développementales (âge, sexe), environnementales (événements de vie stressants), personnelles (impulsivité et agressivité), cognitives (désespoir et difficultés de résolution de problèmes) et les troubles mentaux (dépression, anxiété, comportements perturbateurs, TDAH, consommation de substances) susceptibles d'expliquer la présence d'idées suicidaires chez les adolescents. Pour ce faire, deux études transversales constituent ce travail de recherche. En plus de l'introduction et de la conclusion, cette thèse comprend six chapitres, à savoir : 1) le cadre théorique et les objectifs, 2) la méthodologie, 3) le premier article publié dans la Revue de psychoéducation, 4) le deuxième article publié dans la Revue québécoise de psychologie, 5) le troisième manuscrit qui sera soumis à la revue américaine Adolescence, et 6) la discussion générale. Le premier article vise à déterminer la force d'association entre cinq catégories de syndromes (anxieux, dépressifs, consommation de substances [cigarettes, alcool ou drogues], TDAH, comportements perturbateurs) et les idées suicidaires en fonction de l'âge et du sexe. Pour ce faire, la première étude porte sur un échantillon scolaire de 464 jeunes (237 filles et 227 garçons) sélectionnés dans six écoles de la région de Montréal, ainsi que sur un échantillon clinique de 141 adolescents (62 filles et 79 garçons) sélectionnés dans cinq hôpitaux (Rivière-des-Prairies, Notre-Dame, Sacré-Cœur, Jean-Talon et Charles-Lemoyne). Les adolescents inclus dans cette étude sont âgés de 12 à 15 ans. Les résultats indiquent une forte association entre les idées suicidaires et la dépression dans les deux échantillons, indépendamment de l'âge et du sexe. Dans l'échantillon scolaire, les adolescents déprimés et les jeunes âgés de 14 et 15 ans sont plus susceptibles de présenter des idées suicidaires. De plus, les garçons avec des comportements perturbateurs et les filles présentant des symptômes de TDAH ont plus de possibilités d'avoir des idées suicidaires. Dans l'échantillon clinique, les syndromes associés aux idées suicidaires sont la dépression et la consommation de substances. Le deuxième article tente de déterminer quelles sont les variables développementales (âge, sexe), environnementales (événements de vie stressants), personnelles (impulsivité et agressivité) et les troubles mentaux (dépression, anxiété, comportements perturbateurs) susceptibles d'expliquer la présence d'idées suicidaires chez les adolescentes. Pour se faire, l'échantillon retenu est constitué de 236 adolescents des classes régulières d'une école secondaire privée de la région de Montréal (129 filles et 106 garçons, une donnée manquante) de 12 à 17 ans (M = 14,6 ans). Les résultats suggèrent des différences sexuelles dans les variables associées aux idées suicidaires. Chez les filles suicidaires, plus d'événements de vie stressants, d'impulsivité, d'agressivité, d'anxiété, de dépression et de comportements perturbateurs sont rapportés. Les garçons suicidaires, comparativement aux garçons non suicidaires ont plus d'anxiété, de dépression et de comportements perturbateurs. Les résultats de la régression hiérarchique indiquent que le sexe (fille), le nombre d'événements de vie, l'agressivité et la dépression contribuent à expliquer une part significative de la variance des idées suicidaires. Le troisième article évalue l'influence du désespoir et de la résolution de problèmes sur le risque de présenter des idées suicidaires chez les adolescents. Cet article cherche à préciser le rôle médiateur des troubles intériorisés et extériorisés, l'impulsivité et l'agressivité sur le lien entre le désespoir et la résolution de problèmes et les idées suicidaires. L'objectif secondaire de cette étude est de déterminer l'effet du sexe de l'adolescent pour mieux expliquer l'association entre les différentes variables à l'étude et les idées suicidaires. Les analyses sont réalisées auprès du même échantillon de 236 adolescents (129 filles ou 106 garçons, une donnée manquante) d'une école secondaire privée de la région de Montréal. Les données de cette étude suggèrent la présence de différences sexuelles, ce qui appuie la pertinence de réaliser des analyses séparément selon le sexe. Ainsi, deux modèles de médiation ont été constitués et testés. Les résultats obtenus démontrent un effet indirect des difficultés de résolution de problèmes sur le risque de présenter des idées suicidaires. Plus spécifiquement, l'effet de médiation est complet chez les filles par l'intermédiaire de l'agressivité et elle l'est également pour les garçons, par l'intermédiaire de la présence des troubles intériorisés. Contrairement aux résultats anticipés, le désespoir ne prédit pas les idées suicidaires chez les filles ou les garçons. En conclusion, ces résultats de thèse comportent des implications pratiques intéressantes pour la prévention du suicide chez les adolescents. D'abord, les résultats appuient la nécessité d'une procédure de dépistage précoce des troubles mentaux afin de maximiser la prévention des idées suicidaires chez les adolescents. Ensuite, les résultats soutiennent l'importance de considérer les différences sexuelles dans la compréhension des variables associées aux idées suicidaires. Ainsi, il apparaît souhaitable de bien cibler les programmes de prévention et d'intervention selon le sexe de l'adolescent. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Adolescents, idées suicidaires, troubles mentaux, cognitions et comportements dysfonctionnels, différences selon le sexe.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Labelle, Réal
Mots-clés ou Sujets: Adolescents -- Comportement suicidaire / Suicide -- Facteurs de risque / Suicide -- Différences entre sexes
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 29 nov. 2016 20:31
Dernière modification: 29 nov. 2016 20:31
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/9115

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...