La question constitutionnelle chez les responsables politiques québécois, 1985-1991 : un long désenchantement

Riggi, Jessica (2016). « La question constitutionnelle chez les responsables politiques québécois, 1985-1991 : un long désenchantement » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en histoire.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB)

Résumé

Ce mémoire porte sur l'évolution des prises de position des responsables politiques québécois (députés gouvernementaux et élus de l'opposition) vis-à-vis de la question constitutionnelle entre décembre 1985, date de l'élection du gouvernement libéral de Robert Bourassa, et juin 1991, moment de l'adoption du projet de loi 150 sur la souveraineté. De manière plus précise, il y est question des luttes de représentations que se sont livrés les responsables politiques des différents partis politiques québécois (PLQ, PQ, Parti égalité) qui sont intervenus de manière directe dans l'arène politique québécoise, c'est-à-dire durant les débats de l'Assemblée nationale, les commissions parlementaires et lors de la commission Bélanger-Campeau. Adoptant une perspective d'étude de la culture politique, cette analyse expose la multiplicité des représentations symboliques et identitaires qui circulent alors à l'Assemblée nationale. Plus encore, elle montre que les luttes de représentations, qui portent en l'occurrence sur l'accord du lac Meech, sur la clause de la société distincte, sur le fédéralisme canadien et sur la souveraineté, ne mettent pas uniquement en opposition les députés des trois différents partis politiques. Au contraire, ces luttes se situent parfois au sein d'un même parti, où les tensions entre les différentes factions nourrissent la transmission de représentations fragmentée d'un même objet. Par ailleurs, ce mémoire met également à jour l'importance de certaines références mémorielles dans le débat constitutionnel. Il se penche notamment sur la manière dont les responsables politiques usent de certains évènements historiques, issus du passé lointain comme du passé récent, pour faire valoir leurs représentations du conflit constitutionnel canada-québécois. Le concept des usages du passé, qui décrit le processus de réactualisation (ou d'oubli) du passé, est donc au cœur de la présente analyse. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Québec, Années 1980-1990, Culture politique, Question constitutionnelle, Accord du lac Meech, Fédéralisme, Souveraineté, Usages du passé.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Savard, Stéphane
Mots-clés ou Sujets: Québec (Province) -- Politique et gouvernement -- 1985-1994 / Histoire constitutionnelle -- Canada / Accord constitutionnel du lac Meech (1987) / Relations fédérales-provinciales (Canada) / Culture politique / Hommes politiques -- Attitudes / Mémoire collective
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département d'histoire
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 30 nov. 2016 20:46
Dernière modification: 30 nov. 2016 20:46
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/9124

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...