Une perspective énactive de l'expérience du récit littéraire

Charest-Vézina, Mathieu (2016). « Une perspective énactive de l'expérience du récit littéraire » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en philosophie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Depuis quelques années déjà, de nombreuses recherches en philosophie, en théorie de la lecture et en sciences cognitives ont porté sur l'implication du corps dans la lecture littéraire. Peu de chercheurs se sont toutefois intéressés à la manière par laquelle la théorie énactive permet spécifiquement d'en rendre compte. Dans ce mémoire, nous voulons montrer la pertinence d'une telle théorie pour analyser et décrire la lecture de récits littéraires. Plus précisément, c'est l'expérience vécue par le lecteur que nous avons voulu placer au centre de notre recherche. En sciences cognitives et en philosophie, la théorie énactive se distingue de l'approche cognitiviste classique par un refus de la dichotomie cartésienne entre le corps et l'esprit. Les processus corporels sont ainsi considérés comme ayant un rôle à jouer dans la vie cognitive d'un agent et dans la manière dont il fait activement sens du monde qui l'entoure. Dans cette optique, l'esprit n'est pas désincarné, mais inscrit dans un corps. L'inscription corporelle constitue l'un des concepts fondamentaux de l'approche énactive, aux côtés de ceux d'autonomie, d'émergence, de sense-making et d'expérience. Ce cadre théorique implique que des processus et des activités dits de « bas niveau », tels que les émotions et la perception, peuvent être compris comme étant cognitifs. Il en découle également l'idée selon laquelle des facultés de « haut niveau », comme l'imagination et le langage, ne peuvent être expliquées sans inclure leurs dimensions corporelle et interactionnelle. À notre avis, concevoir la cognition et la manière par laquelle nous faisons sens des choses à partir d'une théorie désincarnée de la cognition nous ne permet pas d'expliquer adéquatement l'expérience littéraire. Dans une perspective énactive, la lecture littéraire doit être conçue comme une activité dynamique où le lecteur entre dans une forme d'interaction sociale avec un narrateur qui l'invite à réagir à ce qu'il raconte. Le lecteur se trouve ainsi à s'investir cognitivement et corporellement dans une expérience immersive : il perçoit alors imaginativement des scènes, éprouve des émotions et vit des sensations. Cette expérience dans laquelle le corps est sollicité n'est pas qu'un épiphénomène : c'est par elle que le texte fait sens. C'est en s'engageant ainsi de manière active dans la lecture littéraire que le lecteur est à même de ressortir transformé par son expérience. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : énaction, cognition incarnée, phénoménologie, littérature, expérience

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Poirier, Pierre
Mots-clés ou Sujets: Livres et lecture / Expérience / Énaction / Cognition / Corps humain (Philosophie) / Esprit et corps / Phénoménologie
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de philosophie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 02 déc. 2016 18:42
Dernière modification: 02 déc. 2016 18:42
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/9126

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...