L'indétermination architecturale : exploration des dynamiques de l'imagerie de synthèse à travers une pratique de l'installation

Béliveau, Catherine (2015). « L'indétermination architecturale : exploration des dynamiques de l'imagerie de synthèse à travers une pratique de l'installation » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en arts visuels et médiatiques.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (7MB)

Résumé

Ce mémoire-création est un processus de remémoration et d'actualisation continu, une ligne qui se déploie et se courbe suivant les tensions propres à une recherche-création que conduit une pratique artistique. Il rend compte du dialogue réciproque entre expérimentations pratiques, théoriques et philosophiques, incarné dans la pratique et présenté ici à travers le vecteur de l'écriture. Le récit de quatre moments de basculement, nommés Seuils d'inflexion, constituent chacun un événement charnière où l'orientation de la démarche s'est indéterminée, a bifurqué de façon inattendue. Chacune de ces perturbations est dépliée pour en observer les dynamiques à l'œuvre, soit les opérations d'« information » ou de prise de forme (Simondon, 2005), les ramifications théoriques et les filiations avec des créations d'artistes et architectes. En ayant comme fil conducteur l'indétermination en tant que mouvement allié de la création, un questionnement est abordé sur l'architecture comme espace producteur de sensations, de résistances entre formes, forces et indéfinitions. Sont dépliées des rencontres étonnantes entre logiciel de modélisation, rétroprojecteur, dessin tracé à la main, lignes vectorielles, animations projetées, ombres portées, lieux concrets. Autant d'actants non-humains (Latour, 2006) qui, en s'associant pour former des collectifs dont l'artiste fait aussi partie, influencent et indéterminent les actions, les directions, en agissant les uns avec les autres. Est exploré simultanément le rôle de la ligne à travers ses changements d'état, le passage d'une matérialité à l'autre par la voie d'intervalles inédits. Arête, contour, surface ou frange, la ligne est performative au sens où elle crée de nouvelles relations. Elle provoque des écarts entre espaces limites, les plis de potentialités éphémères. Chacune des étapes de prises de forme a ainsi été porteuse de nouveaux devenirs (Deleuze et Parnet, 1996), tant du point de vue matériel qu'au sein du processus artistique lui-même, chaque fois activé par des changements de direction. Ces moments-événements de bifurcation ont entrainé des transformations inattendues qui sont devenues moteurs essentiels à cette démarche de recherche-création, des forces ayant actualisé des potentiels inédits. Au cœur de la recherche, mais aussi de l'écriture, le devenir. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Architecture, dessin, imagerie de synthèse, projection, actant, devenir

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Trudel, Gisèle
Mots-clés ou Sujets: Dessin / Images numériques / Architecture / Espace (Architecture) dans l'art / Création (Arts) / Devenir (Philosophie) / Mémoires et thèses de création
Unité d'appartenance: Faculté des arts > École des arts visuels et médiatiques
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 13 déc. 2016 18:35
Dernière modification: 13 déc. 2016 18:35
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/9139

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...