Persévérance scolaire et adolescents "décrochés de l'intérieur" : interactions élève-enseignant, pratiques enseignantes et transformations de l'expérience scolaire : le cas du programme scolaire Pilote

Pechard, Céline (2014). « Persévérance scolaire et adolescents "décrochés de l'intérieur" : interactions élève-enseignant, pratiques enseignantes et transformations de l'expérience scolaire : le cas du programme scolaire Pilote » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en éducation.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (22MB)

Résumé

À partir du constat ancré dans la littérature que l'école peut agir contre le décrochage scolaire par la relation de l'élève avec ses enseignants, cette recherche vise à comprendre comment cette relation agit précisément sur l'expérience scolaire d'adolescents de milieux défavorisés déjà décrochés « de l'intérieur ». Elle vise également à repérer et décrire quels sont les interactions maître-élèves, les pratiques enseignantes (discours et gestes) et les éléments de contexte scolaire pouvant favoriser des relations positives de l'élève avec ses enseignants, c'est-à-dire des relations susceptibles de rompre le cercle vicieux dans lequel se trouvent les adolescents scolarisés mais finalement déjà absents de l'école « dans leur tête » et à fort risque de décrocher. Du fait, entre autres, de la nature de la question de recherche et du caractère peu contrôlable de l'environnement étudié, cette recherche exploratoire propose une étude de cas basée sur une collecte de données de type ethnographique s'étalant sur une année scolaire, et une analyse de données inspirée de l'analyse inductive générale telle que présentée par Thomas (2006) et reprise par Blais et Martineau (2006). Dix-sept jeunes, leurs deux enseignantes exclusives et certaines des familles ont participé à l'étude qui s'est centrée sur un programme scolaire de la commission scolaire de Montréal, associé à une école secondaire, appelé Pilote. Ce programme s'adresse à des jeunes de 15 ans de niveau secondaire 3 et vise à aider ceux ayant été repérés par les enseignants comme étant les plus à risque de décrocher, à rester scolarisés et à trouver leur voie pour terminer rapidement leur scolarité. Cette recherche montre que la relation des élèves avec leurs enseignants agit sur l'expérience scolaire de jeunes de secondaire « décrochés de l'intérieur » en influençant positivement leur expérience scolaire dans chacune de ses trois dimensions : l'intégration sociale, la réussite scolaire et l'accès à un projet professionnel. Il apparaît que l'atteinte de ces trois dimensions rend possible le développement d'un sentiment de maîtrise de sa vie en lien avec l'école, lequel est une clé de la persévérance scolaire pour ces jeunes. Les observations réalisées permettent de détailler les objectifs visés par les enseignantes et de décrire leurs types d'interactions et de pratiques en classe et hors de la classe. Ainsi, il ressort que les relations des élèves avec leurs enseignantes à Pilote permettent une réconciliation entre le monde scolaire et le monde hors l'école en amenant ces jeunes à changer leur regard sur leur expérience scolaire, à lui donner du sens et à prendre du pouvoir sur leur vie. Il apparaît également que si les objectifs poursuivis par les enseignantes touchent chacune des sphères de l'expérience scolaire de ces jeunes, elles touchent aussi les relations entre ces sphères. Il est aussi montré que le sentiment de maîtrise de sa vie, lié à l'école, ne peut se développer sans que l'intégration auprès des pairs ne soit atteinte, ni sans que la réussite scolaire ne soit présente. Enfin, malgré leur bonne volonté et les discours tenus, il est apparu que les enseignantes ne peuvent faire émerger ce sentiment de maîtrise sans que le jeune ne puisse le référer à son vécu intime, intérieur et « entre soi-même » d'expériences qui finissent par transformer son sentiment initial d'absence de contrôle ou d'aliénation scolaire en sentiment de maîtrise de sa vie. D'après nos observations et analyses, ce sentiment est la condition sine qua non de la persévérance scolaire pour ces élèves déjà « décrochés de l'intérieur » et la cible ultime, mais indirecte donc, des interactions et pratiques enseignantes. Ajoutons que si les relations de l'élève avec ses enseignants ne peuvent pas agir directement sur le développement d'un tel sentiment subjectif par des discours d'incitation par exemple, elles le peuvent efficacement de façon indirecte, à travers la cohérence d'objectifs, d'interactions et de pratiques qui tous visent le développement de ce sentiment de maîtrise. Cette recherche permet également de détailler les conditions liées aux caractéristiques des enseignantes elles-mêmes, à travers leur rapport au métier et leur type d'expérience scolaire, et aux caractéristiques de l'organisation scolaire, pouvant favoriser ces effets bénéfiques de la relation de l'élève avec ses enseignants sur la persévérance scolaire des élèves. Tout d'abord, il apparaît que les enseignantes vivent Pilote comme une confirmation de leurs images positives à la fois des jeunes et d'elles-mêmes comme enseignantes. La conviction d'être capable de « faire quelque chose » pour ces jeunes, que ce soit en terme de socialisation ou de réussite scolaire est ancrée profondément et joue comme un moteur de l'action des enseignantes, garantissant leur niveau de satisfaction, leur sentiment d'accomplissement et leur sentiment d'utilité. Ensuite, confortables dans la « zone d'incertitude » de cette relation maître-élève, les enseignantes de Pilote n'ont pas besoin d'en protéger les contours par les règles strictes de l'administration. De plus, l'absence ou la faiblesse de leur logique statutaire, le fait que leurs attentes et leurs objectifs pour ces jeunes soient ancrés dans la réalité et le présent, et que leurs discours ne laissent pas entrevoir de dilemmes graves ou de renoncements, semblent leur permettre de répondre aux besoins de leurs élèves en collant davantage aux spécificités de ces derniers, de favoriser leurs initiatives et de les responsabiliser quant aux résultats de leurs actions. Concernant le contexte organisationnel du, programme, la confiance et le soutien de la direction de l'école auprès des enseignantes, le fait que les élèves de Pilote ne voient que deux enseignantes qui se sentent complices et communiquent constamment entre elles, sont les principaux éléments qui ressortent. Le fait que Pilote soit présenté aux jeunes comme un privilège qui se mérite mais qui peut aussi se perdre, et que l'école soit ouverte sur l'extérieur, permettant de créer une continuité entre le « dedans » et le « dehors » et d'accroître ainsi la cohérence entre les diverses logiques d'action des élèves, sont d'autres éléments importants. Certaines limites doivent cependant être annoncées. Si l'analyse des données permet de rendre compte de la complexité des cas observés, cette recherche porte sur une population dont la taille est limitée. Ainsi, tel qu'annoncé, les résultats se présentent sous la forme d'hypothèses quant à la notion de liens causaux et non pas de liens avérés permettant une extrapolation à plus grande échelle. Enfin, les limites d'une recherche basée sur les représentations des acteurs lorsque ces derniers sont dans des contextes de vie difficiles et qu'ils n'ont pas l'envie, pas les ressources ou le recul pour parler de leur expérience, sont questionnées.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Doray, Pierre
Mots-clés ou Sujets: Abandon des études (Enseignement secondaire) -- Québec (Province) -- Prévention / Persévérance aux études / Décrocheurs / Relations enseignants-élèves / Pédagogie / Quartiers défavorisés
Unité d'appartenance: Faculté des sciences de l'éducation
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 30 janv. 2017 19:08
Dernière modification: 30 janv. 2017 19:08
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/9306

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...