Ce que promouvoir les droits humains veut dire : une étude de la diplomatie canadienne au Guatemala (1976-2013)

Anzueto, Marc-André (2016). « Ce que promouvoir les droits humains veut dire : une étude de la diplomatie canadienne au Guatemala (1976-2013) » Thèse. Montréal, Québec, Université du Québec à Montréal, Doctorat en science politique.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (38MB)

Résumé

Cette thèse a pour but de proposer une interprétation de la place des droits humains au sein de la politique étrangère du Canada au Guatemala depuis les quatre dernières décennies. Plus spécifiquement, nous nous interrogeons sur les facteurs qui ont poussé le Canada à passer de l'indifférence à l'activisme au Guatemala entre 1976 et 2013. Bien que les droits humains soient souvent évoqués par le gouvernement canadien comme faisant partie intégrante de l'identité du Canada, il s'agit d'un thème généralement pris pour acquis et largement sous-étudié en science politique. Or, la reconnaissance de l'importance des droits humains par les États de la société internationale a progressivement modifié la compréhension de la souveraineté, de la sécurité et de l'identité étatique en politique mondiale. Une étude longitudinale du cas guatémaltèque représente donc une contribution novatrice à la réflexion théorique et à la connaissance empirique sur les droits humains en Relations internationales, car elle permet de mettre en exergue la tension entre les intérêts matériels et la solidarité transnationale. À cet égard, notre thèse est substantiellement enrichie par 1'intégration du rôle et de l'influence de certains acteurs non étatiques, en particulier les organisations non gouvernementales et les firmes minières canadiennes. De ce fait, nous cherchons à répondre à la question de recherche suivante : comment et pourquoi les droits humains ont-ils été inscrits dans la politique étrangère du Canada pendant et après le conflit armé guatémaltèque? Notre argument principal repose sur le processus de sécurisation des droits humains au Canada à des fins politiques, identitaires et économiques, pendant et après la Guerre froide. Afin d'examiner notre thèse et de répondre à notre question de recherche, nous utilisons une approche constructiviste et une méthodologie interprétative des acteurs pouvant parler et agir au nom du Canada lors des principaux épisodes de gestion de crise au Guatemala entre 1976 et 2013. Après un défrichage des interprétations théoriques au sein des divers sous-champs des Relations internationales, nous proposons un appareil conceptuel permettant d'intégrer les intérêts matériels et idéels du Canada au Guatemala. Pour ce faire, nous introduisons la notion d'intérêt identitaire afin de comprendre et expliquer les politiques canadiennes aux apparences altruistes en collaboration avec les acteurs non étatiques et en articulation avec les normes de la société internationale. Ainsi, nous privilégions la méthode idéal-typique, l'analyse de discours, l’histoire transnationale et l'intertextualité afin de tracer ce processus de sécurisation. Pour cela, notre corpus de sources primaires est composé de câbles diplomatiques entre Ottawa et le Guatemala, de notes de breffage, d'archives d'organisations non gouvernementales de droits humains et d'entretiens semi-dirigés avec des acteurs gouvernementaux et de la société civile dans les deux pays. À la lumière de nos résultats empiriques, la conclusion de notre thèse vient étayer notre argument sur le processus de sécurisation politique et économique. En effet, nous observons une forte corrélation entre le moment où le Canada exerçait une promotion active des droits humains au Guatemala et la période où l'unité nationale canadienne était le plus en péril; c'est-à-dire entre 1976 et le début des années 2000. En outre, l'absence de crise majeure en matière d'unité nationale au début du XXIe siècle, conjuguée à une appréciation du prix des métaux sur le marché global, a plutôt favorisé des politiques de droits humains visant à sécuriser les investissements canadiens dans le secteur extractif du Guatemala post-conflit. À notre avis, la notion d'intérêt identitaire représente donc un apport théorique essentiel pour ana lyser les éléments de continuité et de rupture en matière de politiques canadiennes de droits humains et d'aide au développement. Une étude comparative de la diplomatie canadienne avec d'autres pays ayant la particularité d'être situés au carrefour d'enjeux éthiques, sécuritaires et économiques enrichirait la portée théorique et empirique de la notion d'intérêt identitaire développée dans cette thèse. __________________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Canada; Guatemala; droits humains; sécurisation; intérêt identitaire

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Thede, Nancy
Mots-clés ou Sujets: Droits de l'homme -- Guatemala / Canada -- Relations extérieures -- Guatemala / Sécurité humaine / Intérêt national / Relations internationales
Unité d'appartenance: Faculté de science politique et de droit > Département de science politique
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 17 févr. 2017 19:08
Dernière modification: 17 févr. 2017 19:08
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/9342

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...