La méthode d'évaluation contingente comme outil néolibéral de planification environnementale

Hequet, Céline (2017). « La méthode d'évaluation contingente comme outil néolibéral de planification environnementale » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en sociologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (10MB)

Résumé

Ce mémoire vise une critique politique de la méthode d'évaluation contingente, qui permet l'évaluation monétaire de biens environnementaux non marchands à des fins de planification environnementale. Cette méthode repose sur un sondage dans lequel on demande à un échantillon d'individus la valeur monétaire qu'ils seraient prêts à payer pour protéger un bien environnemental d'intérêt. La valeur totale est ensuite intégrée à une analyse avantages-coûts, comme coût s'il s'agit d'un projet d'exploitation ou comme bénéfice s'il s'agit d'un projet de conservation. On a largement critiqué la fiabilité de la méthode ainsi que ses fondements théoriques. Dans plusieurs études, les répondants se montrent peu sensibles aux prix et aux quantités proposés, ce qui amène des chercheurs à conclure que les résultats des questionnaires ne peuvent être utilisés dans des analyses avantages-coûts, mais devraient plutôt être interprétés comme ceux d'un pseudo-référendum. Or, face à ce constat, plutôt que de proposer l'abandon du cadre économique au profit de consultations ouvertement politiques, on suggère d'en multiplier l'utilisation afin d'habituer les répondants. Un tel entêtement à utiliser la méthode nous a amené à la considérer comme un outil qui, loin d'être neutre, s'inscrit dans un projet politique beaucoup plus vaste. Ce projet, c'est celui du néolibéralisme. Et puisque ses politiques sont entièrement basées sur la rationalité utilitariste, il lui faut produire des sujets adaptés, soit des individus opérant des choix uniquement en fonction d'un calcul d'intérêt personnel, telles des entreprises. C'est pourquoi le néolibéralisme peut être appréhendé, à la façon de Michel Foucault, comme un mode de subjectivation. En nous appuyant sur les réflexions de cet auteur dans Naissance de la biopolitique, de même que sur les écrits de plusieurs de ses héritiers, nous développons l'argument que la démultiplication des sondages d'évaluation monétaire participe à la mise en forme de sujets néolibéraux. Forcés de réfléchir les questions environnementales dans un cadre économique, ceux-ci n'entrevoient plus d'autre justice que ce qu'ils ont déclaré vouloir payer et les biens et services environnementaux qu'ils reçoivent en retour. L'utilisation de la méthode a donc pour effet de dépolitiser le rapport État-citoyen. Afin de sortir de cette rationalité néolibérale a-démocratique, on peut avoir recours à d'autres outils de planification environnementale, tels que l'évaluation multicritères, qui permet de se départir de l'aspect monétaire des évaluations. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : méthode d'évaluation contingente, biens environnementaux non marchands, planification environnementale, néolibéralisme, mode de subjectivation, Michel Foucault

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Pineault, Éric
Mots-clés ou Sujets: Économie de l'environnement / Nature -- Aspect économique / Évaluation contingente / Néo-libéralisme / Environnement -- Gestion / Michel Foucault
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de sociologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 02 mars 2017 14:14
Dernière modification: 02 mars 2017 14:14
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/9393

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...