Paternité chez des "jeunes de la rue" : au cœur de la répétition, un paradoxe identitaire et la mise à mal du lieu de l'intimité

Gagnon, Eveline (2017). « Paternité chez des "jeunes de la rue" : au cœur de la répétition, un paradoxe identitaire et la mise à mal du lieu de l'intimité » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB)

Résumé

Cette thèse est issue d'une étude du Groupe de Recherche sur l'Inscription sociale et identitaire des Jeunes Adultes (GRIJA), intitulée : La parentalité chez les jeunes de la rue et les jeunes adultes itinérants : transmission, répétition, enjeux de l'intervention. Dans le cadre de cette étude principale, nous avons rencontré, à deux reprises, cinq mères et cinq pères âgés entre 18 et 30 ans et fréquentant la ressource Dans la rue. Notre thèse porte plus spécifiquement sur l'analyse qualitative des dix entretiens effectués auprès des cinq jeunes pères. Notre démarche est inductive. Chaque étape du processus découle d'une étape précédente et vient l'enrichir. Les questionnements de départ résultent donc à la fois des résultats préliminaires de la recherche principale et de lectures autour de ses thèmes centraux (« jeunes de la rue », parentalité, transmission psychique, répétition). La question de la parentalisation dans ce contexte particulier demeurant fort peu étudiée à ce jour – et encore moins chez les jeunes pères –, nous avons choisi de nous intéresser spécifiquement aux enjeux identitaires paradoxaux relevant d'une telle situation. En effet, comment interpréter la revendication de cette double identité – « jeune de la rue » et parent – porteuse en elle-même d'un paradoxe : s'inscrire à la fois dans une rupture avec le social, et dans un désir de continuité de celui-ci? Afin d'analyser en profondeur le matériel d'entretiens et d'obtenir ainsi une compréhension plus fine et directement tirée du processus d'analyse, nous avons décidé d'opter pour la recherche de convergence d'éléments suivant différents niveaux d'analyse. Le premier niveau fut le découpage du verbatim en thèmes et catégories conceptualisantes (Paillé et Mucchielli), effectué pour la mise en forme des résultats de l'étude principale du GRIJA. Le second fut une analyse permettant de faire ressortir les liens entre le contenu des entretiens et la manière dont ils se sont déroulés. De nouvelles rubriques ont été créées à partir de ce matériel, ainsi que de nombreuses notes concernant le repérage des mouvements transféro-contre-transférentiels des rencontres. Ces analyses nous ont progressivement menée à la présentation de cinq portraits (pour les cinq jeunes pères) que nous avons respectivement appelés: l'Illusionniste, le Boxeur, le Funambule, le Professeur et le Mime. Ces portraits tentent d'illustrer l'essentiel de ces rencontres avec les jeunes pères et laissent entrevoir de nombreux éléments sur lesquels ils s'interrogent et d'autres qui semblent leur échapper. À travers ce qui ressort en termes de transmission et de répétition, la question identitaire et les paradoxes qu'elle recèle commencent à poindre dès la présentation de ces portraits. Nous avons ensuite souhaité rendre compte de convergence entre les participants permettant de penser la problématique de façon plus globale. Une mise en commun a donc donné lieu à un nouveau travail d'analyse et de repérage se déployant selon trois dimensions à discuter : celui des « personnages » familiaux présentés par les jeunes pères (basés sur les rubriques déjà créées), celui des mécanismes interrelationnels et intrapsychiques paradoxaux, et celui de la filiation « tronquée » qu'ils évoquent. Notre point de vue, résolument ancré dans une perspective théorique psychanalytique, se déploie suivant ces dimensions complémentaires et inter-reliées qui concernent à la fois le relationnel, l'intrapsychique et le générationnel, avec leurs mouvements de répétitions « à l'identique » (De M'Uzan). Notre conceptualisation finale permet, d'une part, de penser différemment la symptomatologie, en tant qu'elle s'érige au cœur du développement du sujet (Roussillon) et qu'elle contient, par là même, ses propres possibilités créatives de changement (Winnicott). D'autre part, elle mène à une réflexion sur la question de l'intimité, ce « lieu » potentiellement habitable ou non, tel qu'il se présente chez les cinq jeunes pères rencontrés. Le paradoxe identitaire – « jeune de la rue » et parent – peut dès lors s'appréhender autrement. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : jeunes de la rue, parentalité, transmission, répétition, psychanalyse.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Gilbert, Sophie
Mots-clés ou Sujets: Jeunes de la rue / Jeunes sans-abri / Paternité / Condition de parents / Identité (Psychologie) / Transmission intergénérationnelle / Répétition
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 31 mars 2017 13:26
Dernière modification: 31 mars 2017 13:26
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/9514

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...