Le point de vue d'adultes québécois ayant vécu l'expérience de la non-scolarisation (unschooling) au cours de leur enfance et-ou de leur adolescence : une approche phénoménologique

Gaudreau, Joëlle (2017). « Le point de vue d'adultes québécois ayant vécu l'expérience de la non-scolarisation (unschooling) au cours de leur enfance et-ou de leur adolescence : une approche phénoménologique » Mémoire. Montréal, Québec, Université du Québec à Montréal, Maîtrise en éducation.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Au Québec comme ailleurs dans le monde, de plus en plus d’enfants et d’adolescents vivent leur éducation hors de l’école, pour diverses raisons et de différentes façons. La non-scolarisation (ou unschooling) est située à l’extrême du continuum des pratiques éducatives extrascolaires, faisant fi de contraintes généralement perçues comme essentielles, telles que le respect du programme de formation établi par l’État. Voici une définition de ce mode éducatif: La non-scolarisation n’est pas de la scolarisation. Les enfants et les adolescents qui vivent cette alternative éducative ne se voient pas imposer d’aller à l’école ni de réaliser à la maison des tâches de type scolaire. Plus spécifiquement, ils ne se voient pas imposer de curriculum prédéfini, de devoirs, ni de tests pour mesurer leurs progrès. Ils ont plutôt la possibilité de poursuivre leurs intérêts et d’apprendre de la manière qui leur est propre. Néanmoins, cela ne signifie pas qu’ils ne suivent pas de cours de forme traditionnelle ou n’utilisent pas de matériel associé au curriculum officiel, si tel est leur choix (Gray et Riley, 2013; Holt et Farenga, 1981/2003). Bien que le concept d’unschooling ait émergé au cours des années 1970 aux États-Unis et qu’il concerne aujourd’hui des milliers de jeunes, moins d’une dizaine d’études scientifiques portent sur cette réalité éducative hors du commun et aucune n’a été menée au Québec. À notre connaissance, une seule enquête concerne le point de vue d’adultes non scolarisés (unschoolers) relativement à leur expérience éducative (et ce, à l’aide d’un questionnaire en ligne). La question générale de cette étude est donc la suivante: quel(s) sens des adultes québécois ayant vécu la non-scolarisation donnent-ils à leur expérience éducative? Les objectifs de recherche sont : 1) de décrire le point de vue d’adultes ayant vécu une période de non-scolarisation (unschooling) au cours de leur enfance et/ou de leur adolescence relativement à leur expérience éducative et à leur devenir, selon leur témoignage; 2) de mieux comprendre l’expérience de la non-scolarisation (unschooling), à partir du point de vue d’adultes l’ayant vécue. L’approche phénoménologique a été retenue afin de donner la parole à cinq participants, via des entretiens non directifs. Les résultats de cette analyse phénoménologique (non généralisables) explicitent trois quiddités de la structure de ce phénomène éducatif, soit l’être non scolarisé, la famille non scolarisante et le rapport au monde de la personne non scolarisée. _____________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : non-scolarisation, enseignement à domicile, école à la maison, éducation alternative, éducation informelle, participation des parents, auto-apprentissage, autoformation, phénoménologie, unschooling, homeschooling, self-directed learning

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Meyor, Catherine
Mots-clés ou Sujets: Non-scolarisation / École à la maison / Éducation -- Participation des parents / Éducation alternative / Éducation non-formelle / Adultes -- Québec (Province) -- Attitudes
Unité d'appartenance: Faculté des sciences de l'éducation > Département d'éducation et pédagogie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 02 mai 2017 10:16
Dernière modification: 02 mai 2017 10:16
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/9624

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...