Le rôle de l'intentionnalité dans la pensée conceptuelle

De Sousa Melo, Candida Jaci (2006). « Le rôle de l'intentionnalité dans la pensée conceptuelle » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en philosophie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Cette thèse de doctorat traite de l'intentionnalité des agents humains dans leurs états et actes de pensée conceptuelle représentatant des faits. C'est un travail en philosophie de l'esprit, de l'action et du langage. Il exploite la théorie des actes de discours et articule le rapport entre la signification et l'usage du langage en analysant les directions possibles d'ajustement entre entre les mots et les choses lors de l'accomplissement d'actes illocutoires. Ce travail utilise aussi la théorie de l'intentionnalité de Searle et il articule le rapport entre l'esprit, le langage et le monde en mettant en évidence le caractère directionnel de l'esprit qui fonde le lien entre les mots et les choses. Contrairement aux mots, les pensées sont intrinsèquement intentionnelles. Nos objectifs principaux sont les suivants : 1) Unifier la typologie des directions possibles d'ajustement entre l'esprit, le langage et les choses. Nous soutiendrons qu'il y a des pensées conceptuelles de toute direction possible d'ajustement, les déclarations mentales ou verbales ayant la double direction. 2) Analyser le rôle de l'intentionnalité dans la signification. Nous soutiendrons que signifier est un acte et non une attitude. C'est tenter d'accomplir un acte illocutoire. 3) Déterminer les limites de la pensée et du monde. Selon le principe d'exprimabilité, les pensées conceptuelles sont exprimables lors de l'accomplissement d'actes illocutoires. Aux actes illocutoires imperformables correspondent donc des pensées impossibles et aux actes illocutoires insatisfaisables des faits dont l'expérience est impossible. Les conditions de succès et de satisfaction étant différentes, les limites de la pensée sont par conséquent différentes des limites de l'expérience. Le premier chapitre retrace l'idée d'intentionnalité dans l'histoire de la philosophie. Le second présente la philosophie du langage et de l'esprit de Searle. Le troisième renforce la primauté de l'esprit sur le langage en unifiant la théorie des directions possibles d'ajustement. Nous soutenons qu'il y a le même nombre de directions possibles d'ajustement dans les deux cas. Le quatrième chapitre analyse la nature de l'acte de signifier. Le cinquième analyse les conséquences du principe d'exprimabilité des pensées conceptuelles en ce qui concerne les limites de la pensée et de le l'expérience. La conclusion présente les résultats de notre recherche. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : intentionnalité, pensées conceptuelles, signification, actes de discours.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Fisette, Denis
Mots-clés ou Sujets: John R. Searle, 1932- / Philosophie de l'action / Intentionnalité / Pensée / Philosophie de l'esprit / Philosophie du langage / Signification (Philosophie)
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de philosophie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 02 juin 2017 12:32
Dernière modification: 02 juin 2017 12:32
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/9701

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...