Fataro, ou, La marionnette métissée : adaptation théâtrale d'un conte mandingue pour marionnettes de type bunraku

Besnier, Geneviève (2016). « Fataro, ou, La marionnette métissée : adaptation théâtrale d'un conte mandingue pour marionnettes de type bunraku » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en théâtre.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (10MB)

Résumé

Fataro ou la marionnette métissée vise le partage du processus d'adaptation théâtrale d'un conte mandingue pour marionnettes de type bunraku. Le métissage culturel en caractérise le fondement créatif. L'approche systémique anthropologique assigne à cette recherche son cadre réflexif. La culture qui voit grandir un être humain influence inévitablement sa manière de comprendre le monde. Ce mémoire-création aspire à l'introspection de la culture en tant que matériau de création artistique. Le conte et le langage du corps, manifestations culturelles spécifiques, servent d'outils favorisant la connaissance de l'ethnie mandingue d'Afrique de l'Ouest. Les codes de représentation du théâtre japonais bunraku sont, pour leurs parts, observés afin de souligner son agencement esthétique unique; la narration, la musique et l'art de la marionnette soutiennent une incursion au cœur de la culture nippone. Le conte traditionnel mandingue L'Orpheline aux cheveux tressés est analysé par différentes approches (symbolique, sémiologique et morphologique) pour ensuite être adapté à la scène en fonction de l'articulation distinctive propre au théâtre de marionnettes. La lecture du langage du corps est décryptée à travers l'organisation de l'espace (proxémie), l'étude de la gestuelle (kinesthésie) et des relations humaines et de l'analyse du mouvement selon Laban (LMA). Les marionnettes et la scénographie de ce mémoire-création furent donc conçues en s'inspirant de l'esthétique du bunraku, mais également en scrutant le conte et le langage du corps de l'ethnie malinké. La portée symbolique des images créées par une dramaturgie marionnettique et le potentiel métaphorique de son langage est ce qui permet aux cultures de se côtoyer au cœur d'un projet de mise en scène. De ce métissage artistique naît une conversation triple entre des éléments orientaux, africains et occidentaux. Le premier chapitre pose les bases de cette recherche, soit son sujet et sa problématique. Le deuxième chapitre approfondit son cadre théorique. Le chapitre trois effectue un retour réflexif sur le processus de création de Fataro ou la marionnette métissée. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : métissage culturel, conte, langage du corps, approche systémique anthropologique, culture mandingue, théâtre bunraku, adaptation théâtrale.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Adam, Marthe
Mots-clés ou Sujets: Marionnettes bunraku / Contes -- Afrique / Mandingue (Peuple d'Afrique) / Langage du corps / Adaptations scéniques / Culture dans l'art / Création (Arts) / Mémoires et thèses de création
Unité d'appartenance: Faculté des arts > École supérieure de théâtre
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 05 sept. 2017 08:17
Dernière modification: 05 sept. 2017 08:17
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/9857

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...