Les îles intérieures, ou, Hochelaga, en passant

Bordeleau, Benoit (2016). « Les îles intérieures, ou, Hochelaga, en passant » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (23MB)

Résumé

Le lecteur sera invité, au fil du parcours que propose cette thèse, à fréquenter un territoire rhizomatique constitué d'analyses de textes littéraires témoignant d'un rapport intime au quartier Hochelaga (Montréal) et d'une production photographique, de courts textes fragmentaires ou poétiques issus de nos flâneries urbaines. Ce côtoiement vise, par la rencontre de la mémoire et de l'expérience, le déploiement d'un imaginaire du lieu tout en maintenant vive la présence du quartier à l'esprit du lecteur par un jeu subtil de correspondances menant vers les rues, les ruelles, les parcs et les cafés des environs. Nous verrons comment la flânerie à la suite des travaux d'André Carpentier (2009) constitue un moyen d'appropriation des territoires de la quotidienneté. Nous adapterons ensuite l'approche géopoétique de la lecture, développée par Rachel Bouvet (2012), en vue d'analyses de texte poétiques et de récits urbains en la rattachant à des éléments de géocritique (B. Westphal, 2007), de sociologie et d'anthropologie. Nous appliquerons cette approche à des textes prenant le quartier pour sujet, à savoir Les rumeurs d'Hochelaga (Jean Hamelin, 1971), Homa Sweet Home (Patrick Lafontaine, 2008) et l'œuvre poétique de Marcel Labine. Spatiocentrée, elle rendra possible la mise au jour d'un ensemble de figures (B. Gervais, 2007) participant de l'imaginaire du lieu. Les stratégies d'appropriation du territoire et des textes que sont la flânerie et l'approche géopoétique démontreront que l'expérience et la connaissance d'un lieu permettent de lire autrement ses représentations, d'en offrir une compréhension nouvelle ne se mesurant pas seulement à l'aulne de la théorie, mais aussi, et surtout à celle de la pratique. De ce dialogue émergeront trois figures dominantes dans le corpus littéraire hochelagais : l'appartement, l'île et le rivage. Si la première relève de l'évidence, les suivantes laissent perplexe, notamment pour un quartier coupé du fleuve qui le borde. Elles permettront d'envisager le quartier comme un lieu d'échouage et de précarité, mais aussi de refuge. Afin de démontrer que cette constante ne relève pas d'une coïncidence liée au choix du corpus principal, nous poserons notre regard sur les représentations de la rue Ontario (artère principale du quartier) dans un corpus provenant d'œuvres romanesques, poétiques et musicales. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Recherche-création, géopoétique urbaine, Hochelaga, Jean Hamelin, Marcel Labine, Patrick Lafontaine.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Gervais, Bertrand
Mots-clés ou Sujets: Hochelaga-Maisonneuve dans la littérature / Rue Ontario dans la littérature / Villes dans la littérature / Lieu dans la littérature / Géopoétique / Flâneurs / Jean Hamelin / Marcel Labine / Patrick Lafontaine / Mémoires et thèses de création
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 11 sept. 2017 07:41
Dernière modification: 11 sept. 2017 07:41
Adresse URL : http://www.archipel.uqam.ca/id/eprint/9889

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...